Allons-nous vers une inflation de 10 % ?

Dans un scénario sombre pour 2022, la Banque centrale des Pays-Bas prévoit une hausse des prix de 9,5 % en moyenne. Une inflation à deux chiffres, comme cela s’est produit dans nos régions au milieu des années 1970 et au début des années 1980, serait très proche.

Pour être clair : il ne s’agit pas du scénario de base de la Banque centrale néerlandaise. Dans son estimation publiée jeudi, la DNB, l’homologue de la Banque nationale de Belgique, table sur une inflation de 6,7 % aux Pays-Bas cette année, ce qui est bien en deçà de la barre psychologique des 10 %.

Mais dans un scénario alternatif, dans lequel les prix du gaz, du pétrole et d’autres matières premières resteraient élevés tout comme les prix des denrées alimentaires, une inflation à deux chiffres est envisageable.

« Dans ce scénario, nous supposons que l’inflation atteindra 9,5 % cette année et 3,4 % l’année prochaine », écrit la DNB. « Ce n’est pas le scénario auquel nous nous attendons actuellement. Mais étant donné les grandes incertitudes qui existent, et la probabilité que la guerre s’intensifie encore ou se poursuive longtemps, c’est un scénario que nous devons prendre en compte. »

« Préparez-vous »

L’inflation belge a atteint un pic de 8 % en février. La grande question est de savoir dans quelle mesure les hausses de prix vont se stabiliser dans les mois à venir. La plupart des prévisions concernant l’inflation belge pour toute l’année 2022 se situent entre 5 et 7 % : KBC prévoit une inflation de 6,6 %, ING plus de 5 %.

« Chaque citoyen doit se préparer dès maintenant à une inflation de l’ordre de 7 % en 2022, mais cette inflation énergétique sera beaucoup plus élevée pour le carburant, le gaz et l’électricité. Certains ressentiront une inflation d’environ 15 % », prédit l’économiste Bruno Colmant (Degroof Petercam).

« Bien sûr, il y a une indexation des salaires et des avantages sociaux, mais cela ne s’applique pas aux travailleurs indépendants, qui devront faire face à une augmentation de leurs dépenses et peut-être à une diminution de leurs revenus », explique M. Colmant, qui met également en garde contre les pénuries alimentaires.

Klaas Knot, le président de la Nederlandsche Bank, appelle également à une réflexion collective sur les mesures à prendre pour atténuer les effets de l’inflation. « Il est encore possible de faire des bénéfices en économisant l’énergie. De nombreuses entreprises chauffent encore leurs bâtiments à 22 degrés. À la maison aussi, le chauffage peut être inférieur d’un demi-degré ou d’un degré entier », explique-t-il à la NOS.

BCE

Que va faire la Banque centrale européenne face à la hausse de l’inflation ? Knot est l’un des « faucons » (partisans d’une politique monétaire anti-inflationniste stricte) au sein de la BCE. Il a estimé qu’il était « réaliste » que la BCE relève ses taux d’intérêt dans le courant de l’année.

Cela va à l’encontre du scénario selon lequel Francfort reporterait une hausse des taux au début de l’année prochaine, afin de ne pas trop refroidir la croissance économique. En outre, M. Knot n’a pas exclu que la BCE relève même ses taux d’intérêt à deux reprises en 2022 pour juguler l’inflation, qui, selon lui, est « moins temporaire que nous le pensions auparavant ».

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20