4 méthodes différentes pour créer sa propre cryptomonnaie

Voici quatre méthodes différentes pour créer sa propre cryptomonnaie: passer par des sociétés, dupliquer un code, partir de zéro ou créer des jetons Ethereum.

Nombreuses sont les raisons qui peuvent pousser un individu à vouloir créer sa propre monnaie cryptée. Pour développer un système de monnaie unique au sein de son entreprise, par exemple. Ou pour rémunérer directement des artistes en s’affranchissant des industries de la musique. C’est le cas de Choon, la plateforme basée sur le réseau blockchain, qui paie automatiquement ses musiciens en fonction du nombre de streams.

Un festival pourrait être amené à créer un système de monnaie locale et cryptée pour ne plus avoir à s’encombrer avec des monnaies traditionnelles. Le festival Envision, au Costa Rica, offre déjà la possibilité de régler en Bitcoin. Mais une création de monnaie peut également se faire pour le plaisir, comme l’a fait le YouTubeur Babor Lelefan avec son Baborcoin, ou par idéologie, comme l’a fait le DJ Gramatik avec sa monnaie GRMTK. Notons également que la messagerie Telegram projette de créer sa propre monnaie qui pourra être échangée par ses 200 millions d’utilisateurs au sein de son propre réseau.

Créer une cryptomonnaie n’apportera pas forcément des résultats. C’est pourquoi il est important de développer une idée de projet solide avant de démarrer. (Lire: Trois étapes essentielles avant de créer sa propre cryptomonnaie). Mais si vous êtes convaincus de vouloir le faire, voici quatre méthodes différentes de créer sa propre devise cryptée.

© Choon

1. Externaliser la création

Aujourd’hui, plusieurs plateformes se proposent de créer des monnaies cryptées en quelques jours. Pour une certaine somme, des sociétés comme CryptoLifeWallet Builders ou Coin Creator créent des monnaies alternatives au Bitcoin (AltCoin).

Ces sociétés promettent de créer des monnaies avec un code protégé qui offre à la monnaie de nombreuses spécificités adaptées aux besoins du client. Vous souhaitez créer une devise qui sera utilisée uniquement sur un réseau de vente d’antiquités, par exemple? Ces sociétés peuvent créer la monnaie qui sera adaptée à votre plateforme. Les tarifs sont adaptés aux besoins du client.

Il existe également des générateurs automatiques de cryptodevises, mais ce sont généralement des arnaques. Le site Bitcoin Exchange Guide explique que les générateurs comme Cryptocurrency Generator.pro, qui affirme générer des cryptomonnaies gratuitement, sont des « escroqueries pures et simples que tous les amateurs de cryptomonnaie devraient éviter ». Pour crédibiliser leur apparence, il est courant que ces générateurs aient recours à de faux témoignages et de faux numéros d’utilisateurs.

© Wallet Builder

2. Créer des jetons avec Ethereum

La fondation Ethereum met à disposition de tous un code open-source téléchargeable sur son site. Ce code permet de créer des jetons ERC-20. Ces jetons contiennent un certains nombre d’informations concernant le transfert de jetons ainsi que des méta-données comme le nombre de jetons en circulation, ou le solde du compte contenant les jetons.

Les jetons numériques (tokens en anglais) peuvent représenter n’importe quel bien échangeable: pièces de monnaie, points de fidélité, certificats, reconnaissances de dette, objets de jeu, etc. Dans le cas présent, ces jetons serviront d’unités de base à notre monnaie. Les tokens ERC-20 étant créés avec les standards d’Ethereum, la monnaie qui verra le jour sera instantanément compatible avec les portefeuilles Ethereum et tout autre client ou contrat qui utilise les mêmes standards.

Le code de ces jetons va servir de base à la création d’une nouvelle monnaie cryptée. Essentiellement, les développeurs n’ont qu’à changer quelques paramètres dans les lignes de code de l’ERC-20, avec un éditeur de texte de programmation comme Sublime Text, pour avoir les fondations de la nouvelle monnaie. Ce code doit ensuite être ajouté à un réseau blockchain et c’est là que ça devient légèrement complexe.

Il faut ouvrir l’application de portefeuille MyEtherWallet, aller à « Contrats » et « Ouvrir un nouveau contrat ». Dans l’onglet « Solidity Contract », il faut coller le code source de l’ERC-20. À l’aide du plugin MetaMask, il est possible de créer la nouvelle monnaie avec une version abrégée de la chaîne de blocs d’Ethereum et d’éviter ainsi des opérations très lourdes.

Pour savoir comment créer sa monnaie, Ethereum a créé ce tutoriel qui détaille chaque étape à suivre.

© Ethereum

3. Coder sa propre blockchain

Pour ceux qui possèdent une connaissance approfondie du code et savent comment le manipuler, il est possible de créer sa cryptomonnaie à partir de zéro. Il faut donc rédiger son propre code ligne par ligne pour créer ses propres jetons. Un serveur personnalisé, un espace de stockage conséquent et un ordinateur puissant sont également nécessaires pour se lancer dans cette opération.

C’est un processus assez long et complexe qui n’est pas à la portée de tous. Pour les geeks avisés et les férus de technologie, il existe de nombreux tutoriels sur le web, comme cette vidéo ou cet article.

Mais avant de suivre pas-à-pas les indications des professionnels, il est important de garder à l’esprit que la principale qualité d’une monnaie cryptée est sa sécurité. Pour que votre devise soit inviolable, il faut que votre code soit particulièrement bien écrit et cela demande d’avoir un niveau d’expert en sécurité informatique.

© iStock

4. Forker une monnaie existante

En informatique et dans l’univers des logiciels libres, un « fork » est une modification d’une copie d’un logiciel qui n’affectera pas le logiciel de base. En règle générale, ces fourches surviennent lorsqu’un développeur amènent des modifications au projet d’une tierce personne ou lorsqu’un développeur utilise le projet de quelqu’un d’autre comme point de départ pour lancer son nouveau projet. 

Dans l’univers des cryptomonnaies, on parle de « hard fork » et de « soft fork », soit un « embranchement majeur » ou un « embranchement mineur ». On peut également parler de fourche ou de bifurcation. Ce phénomène survient lorsque les règles qui définissent une monnaie cryptée sont modifiées.

Lorsqu’une trop grande quantité de mineurs refuse d’adopter les nouvelles règles de la monnaie, le groupe de mineurs qui veut modifier les paramètres va suivre une autre route pour donner naissance à une nouvelle monnaie sur une nouvelle chaîne de blocs. On parle alors de « fourche majeure » ou de « hard fork ». Le Bitcoin Cash est né d’une fourche majeure avec Bitcoin, la première des cryptomonnaies.

Une fourche mineure (soft fork) est essentiellement la même chose qu’un hard fork. Le code existant d’une crypto-monnaie est changé et une ancienne version va continuer à être utilisée pendant qu’une nouvelle version sera créée. Mais à terme, une seule blockchain restera valide lorsque les utilisateurs auront adopté la mise à jour. 

Les codes d’un certain nombre de monnaies cryptées sont open-sources. Il est donc possible de les copier sur GitHub pour recréer un nouveau protocole informatique et lancer sa nouvelle monnaie. Le processus informatique est expliqué en détail dans ce tutoriel réalisé par le développeur suédois Ivan Liljeqvist.

© iStock

Donner de la valeur à votre monnaie avec une ICO

Une fois que les jetons de votre monnaie ont été créés, quelle que soit la méthode, il faut trouver un moyen d’attribuer de la valeur à ces tokens. La méthode la plus courante est de réaliser une ICO, soit une Initial Coin Offering (Offre initiale de pièces de monnaie). 

Faire une ICO consiste à lever des fonds en offrant aux investisseurs des tokens – des unités de votre nouvelle cryptomonnaie – en échange de réelles devises comme des Bitcoin, de l’Ethereum ou des dollars. Il faut pour cela que les investisseurs trouvent une réelle valeur dans votre monnaie.

L’exemple de Gramatik est assez frappant. Ce DJ slovène a lancé en 2017 les tokens GRMTK qui sont en quelque sorte des actions de son capital culturel. En achetant des jetons, les fans ont acquis les droits de se partager les revenus tirés de la musique, des films et des grands titres produits par Gramatik. L’ICO de GRMTK a été fulgurante: 24 heures après sa création, tous les jetons avaient été vendus pour un montant total de 2,25 millions de dollars.

Gramatik a bénéficié de sa large base d’admirateurs et de supporters. Mais un individu qui se lance sans le support d’une communauté risque fort de faire face à une situation problématique: personne n’achètera ses tokens et le lancement de sa cryptomonnaie sera un véritable flop. C’est la raison pour laquelle l’aspect communication est crucial dans la création d’une devise.