En 2022, les émissions de carbone ont atteint un pic jamais mesuré

Alors que les émissions de CO2 avaient baissé en 2020 grâce à la pandémie de Covid-19, elles ont atteint un record historique en 2022.

Pourquoi est-ce important ?

Les émissions de carbone sont un des enjeux majeurs si l’on veut ralentir le réchauffement climatique. Pourtant, cette année, elles n’auront jamais été aussi hautes. Toutefois, avec les accords de Paris, 55 pays visent le zéro émission de carbone d’ici 2050.

L’actualité : Le Washington Post a pointé plusieurs responsables de la hausse des émissions carbone.

  • L’après Covid : est un des responsables de la hausse des émissions carbone. Les gens reprenant leur mode de vie « d’avant » plus polluant que celui lors du confinement.
    • Selon un rapport publié le mois dernier par le Global Carbon Project, les émissions de carbone provenant des combustibles fossiles devraient atteindre 37,5 milliards de tonnes de dioxyde de carbone en 2022, soit le niveau le plus élevé jamais enregistré.
    • Pendant des années avant la pandémie, les émissions semblaient se stabiliser.
    • La pandémie de Covid-19 avait fait chuter les émissions de plus de 5 % en 2020.
    • Selon une étude, seuls 6 % des fonds de relance dépensés par les pays du G20 ont été consacrés à des secteurs susceptibles de réduire les émissions de carbone.
    • Les gens ont recommencé à prendre l’avion, à conduire et à fabriquer des produits donc les émissions ont rebondi.
  • Le charbon : Avant la pandémie, le charbon paraissait sur le déclin. Mais ces deux dernières années, il a fait une réapparition appuyée.
    • La guerre en Ukraine a fait exploser les prix du gaz naturel dans le monde entier. Certains pays européens se sont de ce fait tournés vers le charbon dans le but de maintenir les prix de l’énergie à un niveau bas.
    • L’utilisation du charbon en Inde devrait augmenter de 5 % en 2022, en plus de l’augmentation de 15 % enregistrée l’année précédente. Cela signifie qu’au cours des deux dernières années, les émissions dues à la combustion du charbon ont augmenté de près d’une gigatonne.
    • La politique stricte du Zéro Covid en Chine a fait baisser la production en Chine. Sans cette politique, le bilan serait encore plus alarmant.
    • Le charbon est le combustible fossile le plus polluant au monde, émettant 820 tonnes de gaz à effet de serre pour chaque gigawatt d’électricité produit. L’énergie solaire, en revanche, libère environ 5 tonnes pour chaque gigawatt d’électricité produit.
  • Les pays émergents : si les pays dit « développés » ont vu leurs émissions diminuer au fil du temps, cette diminution n’a pas été assez rapide pour équilibrer l’augmentation des émissions des pays émergents.
    • Les émissions de la Chine sont montées en flèche au cours des 20 dernières années. Jusqu’à atteindre les 11,4 gigatonnes de CO2 émises. C’est plus que le double des 5,1 gigatonnes émises par les Etats-Unis.
    • Malgré ses émissions globales élevées, la Chine a toutefois des émissions de carbone par habitant inférieures à celles des États-Unis.
    • Les émissions de l’Inde augmentent plus lentement que les émissions chinoises, mais cela reste une augmentation.
    • Cette augmentation est due au fait que « les combustibles fossiles restent le moyen le moins cher de fournir une électricité fiable », a déclaré Ken Caldeira, un climatologue de la Carnegie Institution for Science au Washington Post.
    • Pour les pays en voie de développement, avoir un système électrique stable est plus important que les problèmes écologiques qui en découlent. « C’est comme la pyramide de Maslow » ajoute Caldeira.

Le détail : Au cours du siècle dernier, les émissions de carbone n’ont diminué que dans une seule circonstance : la crise.

  • Lorsque la crise financière mondiale de 2008-2009 a ébranlé le système économique mondial, les émissions de carbone ont baissé de 1,4 %.
  • Lorsque les crises pétrolières de 1973 et 1979 ont déstabilisé les économies et obligé les gens à faire de longues files d’attente pour obtenir de l’essence, les émissions, qui étaient auparavant en forte hausse, se sont arrêtées net.
  • La pandémie de coronavirus a confiné des milliards de personnes à l’intérieur. Ce confinement a fait chuter le dioxyde de carbone émis dans l’atmosphère de 5,2 %. Un record qui n’a été égalé qu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20