Vous évaluez très mal le nombre d’heures que vous passez sur Facebook

Isopix

Alors que de nombreuses études portant sur les réseaux sociaux s’appuient sur le temps qu’un internaute passe sur la toile, il s’avère que les utilisateurs Facebook sont en réalité très mauvais pour fournir une estimation du temps qu’ils consacrent quotidiennement au réseau social. 

C’est en tous les cas ce qu’une étude menée par Facebook révèle. Le géant américain avait le pressentiment que certains résultats communiqués par ses membres étaient faussés. L’étude réalisée montre que les déclarations des utilisateurs et les résultats enregistrés dans les serveurs du réseau social ne sont pas toujours en adéquation. Les données communiquées par les internautes ne seraient donc pas assez fiables que pour être utilisées dans le cadre de travaux scientifiques.

Dans le cadre de son enquête, Facebook a constaté, sur base d’une comparaison entre les réponses des internautes et des chiffres disponibles que les gens surestimaient leur temps de présence sur le site de plusieurs heures (3,2 heures en moyenne). Les internautes sous-estimeraient par contre le nombre de fois où ils se rendent sur le site et/où ils ouvrent l’application depuis leur Smartphone. 

Nombre d’heures passées quotidiennement sur Facebook. Le graphe rose est celui des estimations communiquées par les utilisateurs, le gris celui des chiffres réels communiqués par Facebook.Crédit: Facebook

Comme on peut le constater, à l’inverse de ce que pensaient les utilisateurs, très peu de personnes ont en réalité passé plus de 3 heures par jour sur le site, la grande majorité d’entre elles ayant en réalité passé 1 heure par jour sur Facebook. Dans le deuxième graphe, on constate que peu de gens pensaient ouvrir l’application plus de 15 fois par jour, alors que c’est en réalité assez fréquent, comme le montrent les chiffres (27% contre 45%). 

Nombre de fois par jour où les utilisateurs se rendent sur le site de Facebook ou ouvrent l’application depuis leur Smartphone. Le vert reprend les estimations des internautes, le gris, les données des serveurs de Facebook. Crédit: Facebook

Il apparaît également que les jeunes utilisateurs seraient plus facilement induits en erreur, ce qui est problématique quand on sait que ce public a du poids dans l’audience de Facebook. 

‘Nous recommandons aux chercheurs de ne pas se fier exclusivement à ces valeurs, mais plutôt d’interpréter le temps passé par les personnes interrogées comme une estimation ‘bruyante’ [un terme fréquemment utilisé en statistiques pour faire allusion aux imprécisions]’, a déclaré Facebook.

Facebook suggère également aux chercheurs d’adapter leur vocabulaire lorsqu’ils se basent sur des chiffres, car ces données pourraient fausser leurs études.