Voici comment les chercheurs veulent générer de l’oxygène dans l’espace

Bien que les astronautes soient envoyés dans l’espace avec des ressources plus que suffisantes pour survivre, la plus cruciale de toutes est produite dans l’espace lui-même. L’oxygène est actuellement extrait par électrolyse dans la Station spatiale internationale (ISS), mais une équipe de scientifiques pense avoir trouvé un meilleur moyen de produire ce produit vital.

La production d’oxygène par électrolyse, un processus dans lequel l’eau est séparée sous l’influence d’un courant électrique afin de produire de l’hydrogène et de l’oxygène, nécessite une énorme quantité d’énergie. C’est pourquoi les scientifiques imaginent d’autres moyens d’obtenir cette ressource vitale pour les astronautes.

Une étude publiée en août dans la publication scientifique NPJ Microgravity décrit un moyen qui pourrait réduire considérablement les coûts. Les auteurs de l’étude prévoient d’utiliser des aimants pour extraire l’oxygène de l’eau.

« Peu de gens savent que l’eau et d’autres liquides sont magnétiques dans une certaine mesure », a déclaré Álvaro Romero-Calvo, auteur principal de l’étude, à Popular Science. La science qui sous-tend la technique qu’il a mise au point avec son équipe est connue depuis un certain temps, mais le principe n’a pas encore été exploré pour produire de l’oxygène dans l’espace.

Bulles d’air

Romero-Calvo et son équipe sont maintenant occupés à étudier le phénomène. Au cours de leur expérience, ils ont placé une capsule hermétique dans une « tour de chute ». En laissant tomber la capsule dans la tour, l’apesanteur est simulée pendant quelques secondes. À l’intérieur de la capsule se trouvent des liquides dans lesquels flottent des bulles d’air, qui ont été détachées avec succès au cours de l’expérience grâce à l’utilisation d’aimants.

En outre, les chercheurs ont découvert que les bulles peuvent être contrôlées par des aimants, ce qui faciliterait le transport de l’air dans l’espace. Cela permettrait de développer des systèmes beaucoup plus légers et plus fiables que les installations actuelles, qui sont grandes et complexes.

Le fait que les installations puissent devenir plus compactes revêt une grande importance pour les voyages spatiaux lointains. Après tout, les systèmes actuels utilisés dans l’ISS sont trop complexes et peu fiables pour être utilisés lors d’un voyage vers Mars, par exemple. L’ISS a le grand avantage d’être située à un jet de pierre de la Terre, ce qui signifie qu’elle peut toujours être réapprovisionnée en cas de problème. Cela n’est pas possible lors d’un voyage vers Mars, la marge d’erreur doit donc être beaucoup plus faible.

D’ailleurs, il n’est pas si improbable que cette technologie soit bientôt utilisée. La NASA veut se poser à nouveau sur la Lune en 2024 avec le programme Artemis. Après cela, l’intention est d’utiliser la Lune comme tremplin pour un premier voyage sur la planète rouge dans les années 2030. Outre l’oxygène, les scientifiques seront également occupés à trouver des moyens de produire d’autres matières premières essentielles, telles que le fer et le carburant, dans l’espace.

(JM)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20