Voici comment HP envisage ‘le bureau du futur’

Bruxelles vue du toit d’un immeuble, avec le quartier des institutions européennes. (Isopix)

Avec son projet ‘The Office of The Futur 2.0’, HP entend inspirer et soutenir les entreprises dans la transition vers le ‘lieu de travail hybride’ de demain.

Depuis ce mercredi 9 juin, les employés belges peuvent retourner au bureau à raison d’un jour par semaine, et sous réserve d’autres conditions. Mais malgré ce retour progressif à la normale, il apparait de plus en plus clairement que le monde du travail ne redeviendra jamais ce qu’il était avant la crise du coronavirus. Le longtemps sacro-saint 9h-17h, 5 jours par semaine en présentiel appartient aujourd’hui à un passé qui semble déjà lointain, et auquel la majeure partie des travailleurs et des employeurs ne souhaitent plus revenir.

La pandémie n’a pourtant pas initié ce changement. Elle n’a fait que jouer un rôle d’accélérateur, de catalyseur dans une évolution qui était déjà en cours depuis un certain nombre d’années. Bien avant que l’on ne parle de nouveau coronavirus, le géant technologique HP avait déjà entamé une réflexion sur ce qu’allait être le ‘bureau du futur’. Et en mai dernier, la firme a dévoilé le fruit de sa réflexion sous la forme d’un projet intitulé ‘The Office of The Futur 2.0’.

‘La pandémie a montré qu’il existait bel et bien des alternatives à la façon dont nous travaillions’

Embouteillages, hyper-connexion, burn-out, etc. sont autant de problèmes qui n’ont cessé de croître ces dernières années et d’impacter l’environnement du travail. La crise et les confinements ont mis un coup d’arrêt à une partie de ces problèmes en obligeant les entreprises à travailler différemment afin de garantir la continuité de leurs activités.

‘Le besoin de changement était déjà là: les problèmes de mobilité, la difficulté de se concentrer dans un bureau ouvert, le déséquilibre entre vie professionnelle et vie privée, etc. La pandémie a montré aux entreprises qu’il existait bel et bien des alternatives à la façon dont nous travaillions tous’, résume Koen Van Beneden, Managing Director de HP Belux. La firme technologique note également que les entreprises dotées d’une culture de travail traditionnellement basée sur le contrôle ont eu plus de mal à passer au télétravail, au contraire des entreprises ayant une culture de travail plus moderne.

Son collègue Damien Roben, Area Category Manager Business Desktops & Notebooks pour la Belgique et le Luxembourg, souligne pour sa part que la crise du covid-19 constitue pour les entreprises ‘une occasion unique de changer de paradigme’.

C’est pourquoi HP estime que le moment est idéal pour inscrire ‘un environnement de travail hybride’ dans la nouvelle normalité. ‘Un environnement qui combine le meilleur des deux mondes et qui renforcera les organisations à l’avenir’, ajoute Koen Van Beneden.

Redistribution des rôles

Concrètement, HP estime qu’à l’avenir les rôles attribués aux différents espaces de travail de l’environnement hybride seront redistribués.

  • Le bureau deviendra un lieu de rencontre avec les collègues afin d’échanger et d’innover. Cela nécessitera notamment de revoir l’organisation des lieux, avec moins de postes de travail et plus d’espaces de réunion, dans une nouvelle optique résolument multifonctionnelle.
  • À domicile, les travailleurs pourront organiser eux-mêmes leurs journées de travail et les consacrer aux tâches nécessitant plus de calme et de concentration. Mais pour que la productivité soit au rendez-vous, les employés devront pouvoir disposer des outils adaptés à la maison (chaise ergonomique, webcam, deuxième écran, imprimante, etc.).
  • Enfin, les employés sont de plus en plus amenés à effectuer des tâches en déplacement ou à l’extérieur. HP note qu’il est très important pour les entreprises de tirer le meilleur parti de ce temps, ce qui passe par l’utilisation des technologies et équipements adéquats.

Enfin, Koen Van Beneden rappelle que dans un tel contexte, un élément sera primordial pour les entreprises: la sécurité. ‘Plus vous travaillez dans le nuage, de manière numérique et mobile, plus la sécurité numérique devient importante’, conclut-il.

Pour aller plus loin: