Une puissante cyberattaque met hors service le réseau de la société nationale de télécommunications ukrainienne ; les abonnés n’ont pas eu accès à l’internet pendant 15 heures

La société publique ukrainienne de télécommunications Ukrtelecom était hors ligne hier en raison d’une « puissante cyberattaque », selon des responsables gouvernementaux. L’attaque a maintenant été repoussée et les services ont repris. Cet incident est le plus récent acte hostile contre les services internet ukrainiens depuis l’invasion du pays par la Russie le 24 février.

« Aujourd’hui, l’ennemi a lancé une puissante cyberattaque contre l’infrastructure informatique d’Urktelecom », a déclaré son président, Yurii Shchyhol. Ce piratage a été présenté comme la cyberattaque la plus lourde depuis le début de l’invasion russe.

NetBlocks, qui surveille les perturbations des services Internet, a confirmé l’attaque : la société a vu la connectivité du réseau en Ukraine s’effondrer à 13 % des niveaux habituels à l’échelle nationale. Il a fallu jusqu’à 15 heures à certains abonnés pour retrouver l’accès au service Internet national, les privant ainsi d’informations sur la guerre.

« Cette nouvelle attaque a profondément affecté la connectivité de l’Ukraine à l’échelle nationale, sur une longue durée et avec un impact important », a déclaré à Forbes Alp Toker, directeur de NetBlocks.

Comme les connexions ont été interrompues non pas progressivement, mais brutalement, le fournisseur de télécommunications sait qu’il ne s’agit pas d’une rupture de câble ou d’une panne de courant.

Au début du mois, un incident similaire s’est produit avec Triolan, une plus petite société de télécommunications ukrainienne : celle-ci a été victime d’un piratage qui a réinitialisé un certain nombre de systèmes internes, ce qui a privé les abonnés de l’accès au service.

La Russie qualifie toujours ses actions en Ukraine « d’opération militaire spéciale » visant à désarmer et à « dénazifier » son voisin. Pour Kiev et l’Occident, cette opération est une tentative de renverser le gouvernement ukrainien élu.

Les signes de la cyberguerre

Bien que la cyberguerre semble être limitée pour le moment, de plus en plus d’indices d’attaques à grande échelle sont apparus ces derniers jours. Les entreprises de télécommunications ont été victimes de graves piratages, mais elles ont largement réussi à limiter les dégâts, comme l’a fait le petit fournisseur d’accès à Internet Triolan.

La semaine dernière, le CERT (Computer Emergency Response Team) ukrainien a révélé que le pays avait déjà été victime d’au moins 60 cyberattaques différentes. La plupart de ces attaques visaient à recueillir des informations ou à détruire des données sur des réseaux informatiques ciblés.

Les satellites américains de la société californienne Viasat ont également été piratés. Cela a affecté des dizaines de milliers de clients en Europe et en Ukraine, dont 2.000 éoliennes allemandes qui n’ont toujours pas été réparées.

En début de semaine, le président américain Joe Biden a mis en garde contre d’éventuelles attaques russes contre les infrastructures américaines.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20