Trader des crypto-monnaies avec seulement un téléphone portable et 75 centimes? C’est déjà possible en Indonésie

Le commerce des crypto-monnaies a véritablement explosé en Indonésie au cours de l’année dernière. En 2020, 4,5 milliards de dollars de crypto-monnaies ont été échangés. En octobre 2021, ce montant avait été multiplié plus de dix fois, passant à 50 milliards de dollars. Le seuil pour se lancer dans le trading de crypto-monnaies se réduit également: il suffit d’un smartphone, d’une connexion internet et de 75 centimes.

Les échanges de crypto-monnaies se font principalement par le biais d’applications locales, telles que Pintu, Indodax, Luno ou Tokocrypto (qui fonctionne via Binance). Les applications sont directement connectées aux banques locales et aux plateformes de paiement numérique, ce qui explique pourquoi de plus en plus d’Indonésiens font le pas vers la crypto. Les chefs religieux et les influenceurs ont également franchi le pas, ce qui a incité de plus en plus de personnes à les suivre. Avec l’économie locale indonésienne en berne, la crypto devient de plus en plus intéressante.

Rapidement séduit

En même temps, les régulateurs du pays font la course pour suivre le rythme, et même les partisans de la crypto savent que la réglementation financière doit suivre le rythme des possibilités croissantes du trading de crypto. Le gouvernement a annoncé son intention de mettre en place son propre marché de crypto-monnaies d’ici 2022. La croissance des crypto est très prometteuse, mais un krach pourrait tout gâcher.

Pendant la pandémie, beaucoup de personnes se sont précipitées pour investir dans toutes sortes de choses, y compris les crypto. « Ils ont été attirés par ses rendements élevés et ses success stories« , explique Antonny Teo, qui propose des conseils d’investissement via le groupe Telegram Kriptonesian. « N’oublions pas que la crypto présente aussi de grands risques ».

Agus Artemiss, fondateur de l’un des plus grands groupes Telegram d’Indonésie sur la crypto, Cryptoiz, met également en garde : « Les gens y voient un moyen de gagner de l’argent. Nous manquons de culture cryptographique ici. »

Commerçant moyen

Il est frappant de constater qu’en Indonésie, le crypto-trader moyen est une personne issue de la classe inférieure ou moyenne. « Les personnes de la classe inférieure ou moyenne sont vraiment les irréductibles, qui suivent les marchés au quotidien et y réagissent de manière excessive », explique Teo.

De plus, le trader moyen en crypto-monnaies s’avère être assez jeune : pas moins de 65 % des utilisateurs de Tokocrypto ont moins de 35 ans. Ils sont un peu moins regardants avec leurs investissements et osent prendre des risques, « peut-être parce qu’ils ont plus de temps sur terre, et donc plus de temps pour compenser d’éventuelles pertes », pense à voix haute Teguh Kurniawan Harmanda, le COO de Tokocrypto. Ce portefeuille de crypto-monnaies a été lancé en 2018 et compte désormais 100 000 traders actifs chaque semaine, avec un volume d’échange quotidien de 70 millions de dollars.

Pourtant, la crypto n’est pas encore un moyen de paiement accepté en Indonésie ; les utilisateurs des échanges de crypto utilisent simplement les pièces comme un investissement. La plupart d’entre eux ne comprennent pas eux-mêmes tout le concept, car le trading de crypto et surtout le minage de crypto est un système très compliqué. Néanmoins, l’Indonésie est loin devant de nombreux autres pays asiatiques dans toute l’histoire de la crypto, et il semble que les investisseurs précoces seront en mesure de récolter les bénéfices tôt ou tard.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20