Spa, Bru, Carola: la pandémie plombe le marché des bouteilles d’eau

EPA

La pandémie et les mesures de confinement prises pour freiner le coronavirus ont pesé sur les ventes du groupe Spadel, a annoncé l’entreprise spadoise qui commercialise notamment les eaux minérales Spa, Bru et Carola.

Le chiffre d’affaires net consolidé, hors accises et écotaxes, s’élève à 132,4 millions d’euros sur l’ensemble du premier semestre, en retrait de 12,9% par rapport au six premiers mois de l’année passée. Ce recul s’explique en partie par la cession de la filiale galloise Brecon Carreg en novembre 2019 et des changements comptables. En excluant ces éléments, le chiffre d’affaires organique recule de 4,9% sur le premier semestre.

Les grands formats ‘au détriment de la qualité’

‘Ces évolutions traduisent un premier trimestre en forte croissance et un second trimestre fortement impacté par la pandémie de Covid-19’, résume Spadel. Le résultat opérationnel (ebit) s’est quant à lui établi à 14,5 millions d’euros, en recul de 24,8% par rapport à 2019. Cette rentabilité moindre s’explique par la baisse des ventes mais aussi par des changements de comportement dans le chef des consommateurs. Ceux-ci se sont plus tournés vers les grands formats, ‘au détriment de certains produits ou formats individuels à plus forte valeur ajoutée’, constate le groupe.

In fine, le bénéfice net au terme du premier semestre est de 10,7 millions d’euros, en baisse de 27,4% par rapport à la même période de 2019. Pour l’ensemble de l’année, Spadel ambitionne de ‘rattraper une partie du retard enregistré’ et table sur ‘un léger repli’ de son bénéfice opérationnel.