« Si le variant omicron s’avère bénin, c’est une nouvelle haussière pour les marchés d’actions », selon le milliardaire et investisseur Bill Ackman

Bill Ackman, riche investisseur américain et patron de fonds spéculatifs, a déclaré que le nouveau variant omicron du coronavirus pourrait stimuler les actions américaines si les symptômes s’avèrent moins graves qu’avec les variants précédents.

« Bien qu’il soit trop tôt pour avoir des données définitives, (…) les données rapportées suggèrent que le virus omicron provoque des symptômes ‘légers à modérés’ (de moindre gravité) et se transmet plus facilement », a tweeté Ackman dimanche soir. « Si cela s’avère vrai, c’est haussier et non baissier pour les marchés ».

Le fondateur et PDG de Pershing Square Capital Management a ajouté que cela serait haussier pour le marché boursier, mais baissier pour le marché obligataire.

Pershing Square gère environ 13 milliards de dollars d’actifs et le fonds spéculatif a augmenté de 27,2 % jusqu’en octobre et de 21,6 % après déduction des frais, selon les déclarations de la société. Le fonds a atteint un rendement de 70,2 % l’année dernière.

« Seule option pour sauver l’économie »

Le comportement d’Ackman a été étroitement surveillé par les investisseurs pendant la crise sanitaire et les montagnes russes que le marché a connues ces deux dernières années. Au plus fort de la crise du Covid-19, en mars 2020, il est apparu sur la chaîne économique CNBC pour avertir les investisseurs que « l’enfer arrive ». Il a exhorté le président américain de l’époque, Donald Trump, et le monde des affaires à fermer le pays pendant 30 jours pour contenir l’épidémie, estimant que c’était la seule option pour sauver l’économie.

Quelques jours après l’interview, M. Ackman a révélé que sa société avait abandonné plusieurs positions courtes au moment même où le S&P 500, le plus grand indice boursier américain, touchait le fond. Il a encaissé un bénéfice de plus de 2 milliards de dollars ce mois-là en pariant contre les marchés.

En juillet, alors que Wall Street se débattait avec le variant delta, Ackman a déclaré qu’il ne représentait pas une menace significative pour la reprise économique. Il a même dit qu’il voyait les taux d’intérêt augmenter dans le sillage du grand retour de l’économie.

Hôtellerie et commerce de détail

Plus récemment, fin octobre, le gestionnaire de fonds spéculatifs a appelé la Réserve fédérale à commencer à réduire le soutien que la banque centrale a apporté à l’économie américaine pendant la pandémie. Il a déclaré que la Fed devrait commencer à relever les taux d’intérêt dès que possible.

Ackman a beaucoup misé sur un rebond des secteurs de la restauration, du commerce de détail et de l’hôtellerie. À la fin du troisième trimestre, ses principales actions étaient Lowe’s, Hilton et Chipotle. Il a racheté les actions de Domino’s Pizza au début de l’année après une baisse de régime, rapporte CNBC.

« Extrêmement bénin »

Le nouveau variant du Covid, d’abord découvert en Afrique du Sud, a maintenant été trouvé dans plus d’une douzaine de pays (dont le nôtre). Quelques États ont immédiatement restreint les voyages en provenance d’Afrique australe. Vendredi, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a qualifié la souche du virus omicron de « variante préoccupante ». Par la suite, l’indice Dow Jones a chuté de 900 points et a connu sa pire journée depuis octobre 2020.

Toutefois, les symptômes du variant omicron ont été décrits comme « extrêmement bénins » par le médecin sud-africain qui a été le premier à tirer la sonnette d’alarme au sujet de cette nouvelle souche.

Néanmoins, l’OMS a déclaré qu’il faudra des semaines pour comprendre comment le variant peut affecter le diagnostic, la thérapie et les vaccins. En outre, l’Afrique du Sud est composée d’une population jeune, ce qui peut fausser les résultats des recherches.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20