Loin de « voler aux riches pour donner aux pauvres » : comment Bankman-Fried a financé ses parts chez Robinhood

Sam Bankman-Fried a emprunté 546 millions de dollars à Almeda Research, son propre fonds spéculatif, pour acheter des parts dans Robinhood, une application permettant de négocier des actions.

Pourquoi est-ce important ?

L’affaire FTX n’a pas fini de faire parler d’elle. Après les révélations que le fonds spéculatif de Bankman-Fried, l’ex-PDG de FTX, Alameda Research, avait été utilisé pour gonfler la valeur de FTX, voilà qu’on apprend que lorsque Bankman-Fried a acheté des parts dans la plateforme Robinhood, il a « emprunté » l’argent à son propre fonds d’investissement.

L’actualité : Au début de l’année, Sam Bankman-Fried a acheté une participation de près de 7,6 % dans Robinhood, l’application de trading. Il a financé l’opération avec plus d’un demi-milliard de dollars empruntés à son propre fonds spéculatif, Alameda Research. Ce fonds, selon les procureurs, acheminait illégalement les fonds des clients de sa plateforme affiliée, FTX.

  • Dans une déclaration sous serment publiée mardi, Bankman-Fried a déclaré que Gary Wang, cofondateur de FTX, et lui-même avaient emprunté plus de 546 millions de dollars au fonds spéculatif, Alameda Research, qu’ils ont utilisé pour acheter les actions Robinhood par l’intermédiaire d’une société holding principalement contrôlée par Bankman-Fried.
  • Wang a depuis plaidé coupable de quatre chefs d’accusation de fraude et de complot, en coopération avec les procureurs américains qui enquêtent sur l’effondrement de FTX. Bankman-Fried a été mis en examen pour huit chefs d’accusation.
  • Les documents judiciaires ne permettent pas de savoir si les 546 millions de dollars utilisés pour acheter la participation comprenaient des fonds qui, selon les procureurs, ont été volés des dépôts de clients dans FTX.
  • La récente implosion des cryptomonnaies a été désastreuse pour Robinhood. La société a licencié 23% de son personnel en août après avoir supprimé 9% de ses employés en avril. L’action de la société de courtage en ligne est en chute libre depuis que les transactions se sont taries.

L’enjeu : La participation de Bankman-Fried dans Robinhood est maintenant au centre d’une bataille juridique distincte et multinationale sur les actifs associés à l’empire cryptographique en faillite.

  • Quatre entités distinctes ont revendiqué les 56 millions d’actions d’une valeur d’environ 450 millions de dollars :
    • Bankman-Fried revendique la propriété des actions, cherchant une source de paiement pour les frais de justice, selon FTX.
    • La nouvelle direction de FTX, qui tente de récupérer les fonds pour les investisseurs et les clients de la plateforme en faillite.
    • Les actions de Robinhood sont également revendiquées par le prêteur de cryptomonnaies BlockFi, lui aussi en faillite.
      • BlockFi a poursuivi Bankman-Fried en justice dans le but de récupérer les actions Robinhood. BlockFi prétend que celles-ci lui sont dues après qu’Alameda ait fait défaut sur 680 millions de dollars d’obligations de prêts collatéralisés.
    • Un créancier individuel de FTX.
  • En raison de ces revendications concurrentes, FTX a déposé au début du mois une requête auprès du tribunal des faillites du Delaware afin de maintenir les actifs gelés jusqu’à ce que le tribunal « puisse résoudre les problèmes d’une manière équitable pour tous les créanciers des débiteurs ».
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20