La Russie après Poutine ? « Ça pourrait être la Corée du Nord sous stéroïdes »

Poutine n’est pas éternel. À quoi pourrait ressembler la Russie après son règne ? Un économiste et ancien conseiller du pouvoir livre ses prédictions. « Corée du Nord sous stéroïdes » ou main tendue à l’Occident ?

À quoi pourrait ressembler la Russie après Poutine ? Voilà une question qui revient régulièrement sur le devant de la scène. Dans le cadre des funérailles de Mikhaïl Gorbatchev, dernier secrétaire général de l’Union Soviétique, un ancien conseiller du Kremlin, Sergueï Gouriev, s’essaie à cet exercice pour CNBC.

On ne peut remplacer Poutine dans le système qu’il a construit

Gouriev, économiste de profession, a quitté la Russie abruptement en 2013 et vit en Europe depuis. Imaginer une Russie après Poutine est un exercice très difficile, estime-t-il. « Les régimes de ce type changent de manière très imprévisible. Il est très difficile de prédire ce qui viendra après Poutine. La raison en est que Poutine a construit son régime de telle sorte que personne ne peut le remplacer. »

« Il a construit le régime d’une manière telle que sans lui, le système ne fonctionnera pas. Les gens qui l’entourent ne se font pas confiance, parfois ils se détestent, donc s’il n’est plus là, le système changera d’une manière ou d’une autre », continue-t-il.

« Corée du Nord sous stéroïdes »

Mais que pourrait-il se passer? Dans un premier temps, l’expert s’attend à ce qu’une junte militaire prenne le pouvoir, ou un « ultra-nationaliste ». Mais ce remplaçant ne pourra pas rester en place longtemps. Comme le système est construit autour de Poutine, il risque de s’effondrer sans l’homme fort de la Mère Russie.

« Cela pourrait prendre des mois, plusieurs années, ce pourrait être la Corée du Nord sous stéroïdes, qui sait ? Mais cela pourrait aussi être une situation où le système s’effondre et où quelqu’un qui veut reconstruire l’économie tende la main à l’Occident », analyse Gouriev.

La « Corée du Nord sous stéroïdes », cela pourrait être un pays tout aussi isolé du monde que Pyongyang, tout aussi fanatique de son nouveau dirigeant fanatique, mais avec des missiles nucléaires qui tirent plus loin que ceux de Kim Jong-un et le sextuple de la population, par exemple.

Quand?

Et dernière question qu’on peut se poser : quand cette Russie sans Poutine pourrait-elle voir le jour? Gouriev n’évoque pas le sujet, mais légalement, Poutine peut rester en place jusqu’en 2036. En 2021 il a signé une loi augmentant le nombre de mandats qu’un président peut effectuer, et il peut ainsi en envisager deux de plus. D’ici-là, le président pourrait aussi bien sûr bâtir une même loi pour augmenter ce nombre.

Mais de nombreuses rumeurs selon lesquelles l’homme, proche de la septantaine, serait malade et ne se déplacerait jamais sans son équipe médicale, circulent. Est-ce vraiment le cas ? Cela restera un secret bien gardé du Kremlin.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20