« Roulez moins vite, prenez votre vélo et baissez l’airco »: les conseils de l’UE et de l’AIE pour soutenir l’Ukraine et faire des économies

Depuis le début de la guerre en Ukraine, la crise énergétique en Europe a pris une autre ampleur. Pour aider les ménages à faire des économies, la Commission européenne et l’AIE leur ont concocté un plan en neuf étapes. Il permettrait aussi de soutenir l’Ukraine et de réduire la dépendance de l’Europe vis-à-vis de l’énergie russe.

Si l’Union européenne n’a pas (encore ?) décrété d’embargo sur le pétrole et le gaz russes, elle compte visiblement sur ses citoyens pour réduire sa dépendance à l’égard de Moscou. Le plan établi par la Commission européenne et l’Agence internationale de l’énergie (AIE) devrait également leur permettre de soutenir l’Ukraine, de faire des économies et d’aider la planète.

Les 9 conseils à suivre sont les suivants:

  • Baisser le chauffage et la climatisation (19 °C ou 20 °C au lieu de la moyenne européenne de 22 °C)
  • Ajuster les réglages de sa chaudière (en la paramétrant correctement, l’on pourrait économiser 100 euros par mois)
  • Opter pour le télétravail (les déplacements domicile-travail représentant environ 25% du carburant utilisé par les voitures dans l’UE)
  • Utiliser sa voiture de manière plus économique (via le covoiturage, notamment)
  • Réduire sa vitesse sur l’autoroute (réduire sa vitesse de croisière moyenne 10 km/h permet d’économiser environ 60 euros par an)
  • Se passer de sa voiture le dimanche dans les grandes villes (les autorités locales devraient elles-mêmes encourager ce mouvement en organisant davantage de « dimanche sans voiture »)
  • Marcher ou prendre son vélo pour les petits trajets (environ un tiers des trajets en voiture dans l’UE font moins de 3 km)
  • Utiliser les transports publics (les employeurs peuvent y contribuer en accordant des horaires flexibles afin que leurs employés ne fassent pas partie des foules qui s’y massent en heure de pointe)
  • Éviter l’avion, prendre le train (en particulier pour les trajets inférieurs à 1000 km)
« Playing my part », le plan en 9 étapes de l’AIE et de la Commission européenne pour faire des économies, soutenir l’Ukraine, réduire la dépendance à l’énergie russe et aider la planète. (AIE)

« 120 superpétroliers en moins »

D’après les calculs de l’AIE et de la Commission, si tous citoyens de l’UE adoptaient leurs conseils, cela permettrait d’économiser suffisamment de pétrole pour remplir 120 superpétroliers et suffisamment de gaz naturel pour chauffer près de 20 millions de foyers. Soit environ 220 millions de barils et 17 millions de m³ de gaz naturel par an.

Sur le plan comptable, ces conseils permettraient au ménage européen type d’économiser près de 500 euros par an. C’est une moyenne, bien sûr, ce montant variant en fonction de la taille du ménage, de sa situation géographique ou encore de son accès aux transports publics.

« L’initiative politique la plus importante pour réduire notre dépendance aux importations russes »

D’après l’AIE et la Commission, suivre ces différentes mesures aura un impact indéniable sur l’économie russe. Et, par conséquent, sur la guerre menée en Ukraine.

« Face aux scènes horribles de souffrance humaine que nous avons vues à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les Européens veulent agir », a souligné Fatih Birol, directeur général de l’AIE. « Utiliser moins d’énergie est un moyen concret d’aider le peuple ukrainien – et de nous aider nous-mêmes. Ce guide présente des étapes faciles à suivre qui, avec peu ou pas de gêne de notre part, peuvent réduire le flux d’argent vers l’armée russe et contribuer à nous mettre sur la voie d’une planète plus propre et plus durable. »

« L’efficacité énergétique a le potentiel d’être l’initiative politique la plus importante pour réduire notre dépendance aux importations russes et répondre aux défis actuels du marché de l’énergie, à la fois par des économies d’énergie à court terme, et des mesures d’efficacité énergétique à plus long terme », a ajouté Ditte Juul Jørgensen, directrice générale de l’énergie à la Commission européenne. « L’efficacité énergétique est un domaine où chacun peut faire la différence. Elle peut également permettre aux consommateurs individuels de réaliser des économies considérables en cette période où les prix de gros de l’énergie sont élevés. »

Sur le plan politique, seul un embargo sur le charbon russe a été décrété jusqu’à présent au sein de l’Union européenne. Un boycott du pétrole est sur la table, mais plusieurs pays, plus dépendants, tentent d’en repousser l’échéance. Pour le gaz, on verra plus tard. Parmi les pays frileux vis-à-vis de ces embargos, on retrouve notamment l’Allemagne, très dépendante de l’énergie russe. Le mois dernier, l’AIE avait fourni à l’UE un plan en dix étapes pour l’aider à réduire ses importations de gaz russe de plus d’un tiers en un an.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20