Quelle est la probabilité de se faire contaminer dans un avion par le covid-19 ?

EPA-EFE/Alex Plavevski

Les recherches à ce sujet montrent que le risque est relativement faible, même en plein cœur de la pandémie.

Les passagers infectés par le Covid-19 lors d’un voyage en avion sont rares, selon une série d’études scientifiques. Les mesures préventives réduisent le risque de contamination.

À première vue, tout cela semble un peu contradictoire. Partager un petit espace avec des dizaines, ou des centaines de personnes, ne semble pas être la meilleure des idée en pleine pandémie. Mais cette peur semble pour le moment infondée. Pourquoi ?

Les données récentes sont rassurantes

Le virus Covid-19 est encore relativement nouveau. Les données précises sur la façon dont il peut se propager entre les passagers des compagnies aériennes sont encore limitées. Mais si les scientifiques restent prudents, leurs données récentes sont rassurantes.

‘Dans un cas, environ 328 passagers et membres d’équipage ont été testés, sur un vol entre les États-Unis et Taiwan, avec 12 passagers connus qui étaient symptomatiques’, rapporte CNN. ‘Mais tous les autres passagers, ainsi que les membres d’équipage, ont été testés négatifs après le vol.’

D’autres recherches ont montré que même si un ‘patient zéro’ est à bord d’unvol vol, le risque d’infection est compris entre 0 et 1% ‘pour la grande majorité des passagers, à l’exclusion de ceux qui sont sur la même rangée que le passager infecté. (En médecine, le patient zéro est le premier cas connu dans une épidémie).

1 chance sur 4.300

Le froid qui envahit les passagers à bord d’un avion est la meilleure garantie contre la maladie, estime Jean-Brice Dumont, directeur de l’ingénierie chez l’avionneur franco-allemand Airbus. Selon lui, le risque de propagation du virus dans un avion est quasi nul. Les systèmes de ventilation des avions garantissent l’éradication des microbes et des virus.

Si tout le monde porte un masque, comme l’exigent désormais la plupart des compagnies aériennes, le risque est encore plus réduit. D’autres équipements de protection, tels que les écrans faciaux en plastique, peuvent être encore plus efficaces. ‘La science change chaque jour’, a expliqué le statisticien Arnold Barnett du Massachusetts Institute of Technology (MIT) sur Fox News. ‘Qui porte un masque réduit largement le risque d’infecter les autres. Mais encore moins que s’il porte un écran facial.’

Selon Barnett, le risque d’être infecté par le Covid-19 sur un vol court-courrier est de 1 sur 4.300. Si le siège du milieu est laissé inoccupé, cette chance tombe même à 1 sur 7.700.

Est-il sûr de voler alors?

Pas assez. Être entouré d’un grand nombre de personnes augmente certainement le risque d’infection. Il y a également eu des cas confirmés de personnes infectées par le Covid-19 dans un avion.

Une étude récente des Centers for Disease Control (CDC) des États-Unis a recueilli des données sur 310 passagers et membres d’équipage qui étaient sur un vol d’évacuation de l’Italie vers la Corée du Sud à la fin du mois de mars.

Avant le décollage du vol, 11 passagers symptomatiques ont été débarqués. Pendant le vol, la distance sociale a été respectée et les passagers portaient des masques. Malgré cela, une femme a été infectée pendant le vol. Même si elle portait un masque N95 pendant la majeure partie du vol, elle l’a enlevé lors d’une visite aux toilettes. Ces toilettes avaient également été utilisées par d’autres passagers, y compris un patient asymptomatique. On pense qu’elle a contracté le Covid-19 à partir d’aérosols. Ce sont de petites gouttelettes qui contiennent le virus et circulent dans l’air. Elle l’a probablement inhalé alors qu’elle était assise dans l’espace confiné des toilettes de l’avion.