Quand la panique morale mène à la censure: les bibliothèques américaines n’ont jamais vu autant de demandes d’interdiction de livres

Les bibliothécaires américains tirent la sonnette d’alarme. Ces dernières années, ils ont constaté une augmentation remarquable du nombre de demandes de retrait de livres des rayonnages. Les écoles secondaires, en particulier, voient de plus en plus de parents inquiets qui veulent « protéger » leurs enfants des contenus explicites.

La censure à l’école

La lecture obligatoire est un élément essentiel du parcours scolaire de chacun. Les enseignants présentent à leurs élèves des listes de lecture contenant une série de livres connus et moins connus, qu’ils doivent ensuite discuter en détail. On peut remplir une mer avec les litres d’encre qui ont coulé sur les analyses bâclées de Willem Elsschot ou Hugo Claus. Ce que certains jeunes entreprennent à contrecœur peut, en fin de compte, s’avérer une expérience enrichissante et inciter les élèves à commencer plus souvent un livre à l’avenir. Alors que les écoliers flamands peuvent lire librement les escapades sexuelles de Turks Fruit ou La jeunesse obscène de Mieke Maaike, une tendance inquiétante à la censure se dessine aux États-Unis.

Les écoles secondaires sont de plus en plus confrontées à une foule de parents mécontents qui fulminent contre le contenu de certains livres. Dans de nombreux cas, il s’agit d’actions organisées par des groupes conservateurs. Les attaques contre des pièces spécifiques de la littérature augmentent au fil des ans.

Aux États-Unis, les écoles sont confrontées à ce problème depuis des années. Il existe toute une liste de classiques de la littérature qui, par le passé, étaient considérés comme trop dangereux pour les yeux tendres des adolescents. L’Attrape-cœurs de J.D. Sallinger, ou Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur – qui a remporté le prix Pulitzer – sont deux classiques absolus de la littérature de langue anglaise qui ont été interdits en raison de leur contenu controversé. L’engouement des parents américains pour le bannissement est si fort que même les livres Harry Potter de J.K. Rowling ont failli être retirés des salles de classe. Ces livres inciteraient les enfants au satanisme et à la sorcellerie.

Les LGBTQ+ et le racisme comme cibles

Cette tendance a explosé au cours des 20 dernières années. « Nous n’avons jamais connu une époque où nous recevions quatre ou cinq notifications par jour et ce jour après jour », a déclaré au Guardian Deborah Caldwell-Stone, directrice de l’American Library Association (ALA). Les médias sociaux ont fourni une plateforme permettant aux parents concernés de s’inciter mutuellement à déposer des plaintes, et parfois certains appels deviennent viraux, submergeant l’ALA de demandes de retrait d’un livre des rayons.

Dans la plupart des cas, il s’agit de livres traitant des thèmes LGBTQ+ ou du racisme aux États-Unis. Dans ce contexte, l’ALA constate également qu’il y a souvent une protestation organisée. Les organisations conservatrices appellent leurs membres à protester contre la publication et la distribution de livres qui, selon elles, « corrompent » les jeunes. Dans certains cas, ils appellent même à brûler des livres. Les parents conservateurs pensent que si leurs enfants lisent un livre sur des jeunes qui explorent leur sexualité, ils commettront les mêmes actes « odieux ».

Agenda politique

Outre l’intensification et l’amélioration de l’organisation des manifestations, Mme Caldwell-Stone note qu’aujourd’hui, même les hommes politiques commencent à s’impliquer dans les discussions. Le gouverneur de Virginie Glenn Youngkin, qui vient d’être élu, montre de la sympathie dans une vidéo de campagne pour une mère qui veut interdire le livre Beloved de Toni Morrison, qui raconte les expériences d’une famille d’esclaves après la guerre civile américaine. Les gouverneurs républicains du Texas et de la Caroline du Sud ont demandé que le contenu pornographique des bibliothèques scolaires fasse l’objet d’une enquête lorsqu’ils ont été informés de la parution de Gender Queer, un roman graphique autobiographique sur le parcours sexuel d’une personne non binaire.

Selon M. Caldwell-Stone, les politiciens se moquent du premier amendement de la Constitution américaine : « Nous sommes confrontés à une sorte de panique morale concernant un certain nombre de romans et de bandes dessinées destinés aux adolescents dans les bibliothèques scolaires. La censure est utilisée pour faire avancer un programme politique. C’est extrêmement décourageant. »

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20