‘Pre-clearance’ à Brussels Airport: quiconque se rend aux États-Unis doit passer par les services d’immigration américains

(EPA/KAMIL KRZACZYNSKI)

Après cinq années de négociations, les États-Unis et la Belgique sont finalement parvenus à un accord sur la ‘pre-clearance’ lundi. Les passagers au départ de Zaventem devront passer par les services d’immigration américains avant de monter dans l’avion. Ils ne devront donc plus le faire une fois à destination.

Quiconque se rend aujourd’hui aux États-Unis doit se soumettre à des contrôles approfondis une fois sur place, et ce en même temps que de nombreux autres passagers. Cela prend souvent beaucoup de temps, ce qui est particulièrement embêtant en cas de correspondance. C’est pourquoi les États-Unis ont demandé, il y a cinq ans, de pouvoir mettre en place des installations de ‘pre-clearance’ à l’aéroport de Zaventem.

L’accord a depuis été signé par l’ambassadeur des États-Unis en Belgique et le ministre des Affaires étrangères et de la Défense Philippe Goffin. Une fois approuvés par le Parlement belge, les travaux d’infrastructure nécessaires à Zaventem pourront commencer.

Bruxelles et Dublin uniques points de ‘pre-clearance’ européens

Des agents des douanes américaines opèrent déjà à l’aéroport de Dublin. Pour l’instant, il s’agit de la seule localisation européenne où le système est en place. Des installations de ‘pre-clearance’ existent également à Aruba, aux Bahamas, aux Bermudes, aux Émirats arabes unis et au Canada.

L’arrivée des douaniers américains à Zaventem était déjà prévue depuis un certain temps. Mais suite à l’attaque terroriste perpétrée à l’aéroport de Bruxelles le 22 mars 2016, tout avait été reporté.

Dans l’immédiat, peu de choses vont changer. Pour la simple et bonne raison que le couloir aérien entre l’UE et les États-Unis est actuellement fermé à cause de la pandémie de coronavirus.

Les fonctionnaires de la Customs and Border Protection (CBP) effectueront exactement les mêmes contrôles à Bruxelles que ceux qui attendent les passagers en arrivant aux États-Unis. En 2016, 22 millions de passagers sont passés par des installations de ‘pre-clearance’ dans les villes et pays cités plus haut. Cela représente 16% de l’ensemble du trafic de passagers arrivant aux États-Unis.

Lire aussi: