Pourrons-nous un jour extraire des bitcoins avec la technologie de la lumière ?

Un groupe de développeurs de cryptomonnaies propose de miner le bitcoin avec de la lumière. Qu’est ce que ça veut dire ?

La plupart des critiques du système minier par preuve de travail (proof of work), très énergivore, qu’utilise le bitcoin, évoquent souvent trois scénarios comme solution.

  • Les mineurs devraient utiliser davantage d’énergie verte pour extraire des cryptomonnaies.
  • Les cryptomonnaies devraient passer à un système moins polluant et moins gourmand en énergie, comme la preuve d’enjeu (proof of stake). Le réseau Ethereum tente de le faire depuis 2015.
  • Il vaut mieux que les jetons numériques par preuve de travail soient tout simplement interdites.

Mais il existe un quatrième scénario. Il s’agit de changer radicalement la façon dont nous établissons la preuve du travail.

L’exploitation minière photonique

Bitcoin Optech, une coalition de cryptodéveloppeurs, suggère que la meilleure façon de transformer le système du bitcoin est d’en faire une « preuve optique de travail », ou oPoW.

oPoW utiliserait des processeurs photoniques pour fournir la puissance de calcul nécessaire à la l’extraction cryptographique. Ces processeurs manipulent la lumière pour générer l’énergie nécessaire aux calculs lourds et, selon certains informaticiens, ils pourraient révolutionner l’apprentissage automatique.

Cela pourrait dissocier l’extraction de bitcoins des formes d’énergie actuelles et même rendre possible l’extraction de cryptomonnaies dans des régions où cela n’était pas possible auparavant en raison des coûts d’électricité extrêmement élevés.

« Hard fork » ou « soft fork » ?

Bien qu’une version expérimentale de la méthode oPoW existe actuellement (il y a toute une communauté qui extrait et échange des oBitcoins alternatifs), la technologie elle-même en est encore à ses débuts. Les ordinateurs qui seront nécessaires pour cette méthode seront également beaucoup plus chers que les outils de minage (relativement) bon marché venus de Chine au cours de la dernière décennie. Le développement de puces optiques ne sera pas pour toutes les bourses.

En outre, il n’y a jamais eu de « hard fork », soit de changement radical de protocole du système Bitcoin, ni de modification essentielle du système original développé par Satoshi Nakamoto. Il faudrait pour cela qu’une majorité de 95 % des mineurs actifs soit d’accord, ce qui est très peu probable.

Cependant, les partisans de l’oPoW suggèrent que seule une « soft fork » serait nécessaire pour utiliser la nouvelle méthode. Cela permettrait aux deux systèmes d’exploitation de coexister.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20