Pourquoi certaines femmes simulent-elles l’orgasme?

Farnaz Kaighobadi, Todd K. Shackelford and Viviana A. Weekes-Shackelford, des chercheurs de la Columbia University de New York et de l’Université d’Oakland de Rochester, dans le Michigan, ont tenté de savoir pourquoi les femmes étaient susceptibles de simuler l’orgasme.

Ils ont interrogé 453 femmes hétérosexuelles de 21,8 ans de moyenne d’âge, engagées dans des relations amoureuses de longue durée (plus de 32 mois d’ancienneté en moyenne).Ils ont constaté que les femmes qui craignaient le plus l’infidélité de leur partenaire étaient aussi celles qui reconnaissaient simuler l’orgasme. De plus, les femmes qui étaient les plus enclines à simuler avaient aussi tendance à rapporter des comportements de rétention vis-à-vis de leur partenaire. Enfin, la perception que les femmes avaient des risques d’infidélité qu’elles encourraient avec leur partenaire avait un rapport avec la propension à simuler l’orgasme, et la tendance à se livrer à des comportements de rétention vis-à-vis de leur partenaire, tels que des incitations négatives intersexuelles (par exemple, essayer de rendre son partenaire jaloux en feignant de s’intéresser à un autre homme), ou des incitations négatives intrasexuelles (par exemple, invectiver une autre femme parce qu’elle semble s’intéresser au partenaire).Autrement dit, simuler l’orgasme est un des éléments d’une stratégie pour retenir un partenaire que les femmes qui se sentent menacées par son infidélité potentielle adoptent pour s’en protéger.(Vidéo : l’orgasme simulé de Sally dans « Quand Harry rencontre Sally », Rob Reiner 1989)