Pékin en passe de sortir de la liste des 200 villes les plus polluées au monde

Pékin est en bonne voie pour réduire sa pollution atmosphérique. Cependant, les niveaux restent toujours quatre fois plus élevés que ceux fixés par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), indique une étude réalisée par le laboratoire de recherche AirVisual, filiale de la société suisse IQAir, fournisseur de technologies de purification de l’air.

La qualité de l’air notoirement mauvaise de Pékin s’est améliorée ces dernières années. Par conséquent, la capitale chinoise devrait sortir en 2019 du classement des 200 villes les plus polluées au monde.

Réduction de moitié en dix ans

« La capitale chinoise pourrait bien disparaître de la liste des 200 villes les plus polluées au monde cette année. Pékin est sur la bonne voie pour réduire les niveaux de particules fines, polluants atmosphériques les plus mortels, de près de 20% cette année par rapport à 2018″, a déclaré AirVisual.

Au cours des huit premiers mois de cette année, les lectures horaires moyennes de particules fines sont tombées à 42,6 microgrammes par mètre cube d’air. Il s’agit d’une diminution par rapport aux 52,8 microgrammes de l’année dernière.

« Par rapport à la décennie précédente, la différence est encore plus frappante », indique le rapport. La concentration de particules fines au cours des huit premiers mois de 2019 était inférieure à la moitié de celle de la même période en 2009. En 2010, la concentration moyenne annuelle a atteint un niveau époustouflant de 104,0. Cette concentration a commencé à baisser régulièrement il y a six ans.

Mais les niveaux actuels restent quatre fois plus élevés que ceux recommandés par l’Organisation mondiale de la santé.

Révolution

Les particules fines sont particulièrement dangereuses pour la santé. Elles peuvent se loger profondément dans les poumons et provoquer des affections respiratoires, le cancer du poumon ainsi que des maladies cardiovasculaires.

Les améliorations de la qualité de l’air s’expliquent par les mesures énergiques prises par la ville pour réduire la consommation de charbon et fermer ou relocaliser des installations polluantes.

La Chine a déclaré qu’elle adoptera des mesures plus efficaces et ciblées lors de sa campagne contre la pollution de 2019. Pékin a en outre annoncé son intention de limiter les ventes de feux d’artifice et de carburant afin de minimiser la pollution de l’air lors des célébrations du 70ème anniversaire de la fondation de la République populaire le 1er octobre.