Le niveau des eaux du Rhin commence à remonter, mais la crise n’est pas encore terminée

Le niveau des eaux du Rhin, l’une des artères de transport de l’Europe, devrait recommencer à monter ce week-end. Le faible niveau d’eau a rendu difficile l’expédition de marchandises essentielles telles que le charbon au cours des dernières semaines.

La marque de niveau d’eau à Kaub, un point étroit et peu profond du fleuve utilisé comme repère de navigabilité, remontera à 67 centimètres dans les prochains jours. Actuellement, elle est dangereusement basse, avec seulement 38 centimètres, ce qui rend difficile le passage des navires.

Le point ne mesure pas la véritable profondeur de l’eau, qui est bien plus élevée. Il sert principalement de point de référence pour les navires : si la marque est inférieure à 40 centimètres, il n’est pas économiquement viable pour de nombreux bateaux de passer la pointe, car ils devront alors transporter moins de marchandises pour éviter de s’enliser.

Le faible niveau d’eau a menacé l’approvisionnement en biens essentiels. Par exemple, le géant allemand de l’énergie Uniper a annoncé la semaine dernière qu’il pourrait ne pas être en mesure d’obtenir suffisamment de charbon pour faire fonctionner un certain nombre de centrales électriques à pleine capacité. D’autres entreprises, notamment les producteurs d’acier et de produits chimiques, ont également dû trouver d’autres moyens de s’approvisionner en matières premières.

La crise n’est pas encore terminée

Malgré les prévisions selon lesquelles le niveau de l’eau va maintenant remonter, la crise est loin d’être terminée et certains bateaux devraient encore transporter moins de marchandises. Même après le week-end, le niveau de l’eau sera toujours bien en dessous de la moyenne annuelle de 1,7 mètre. Par ailleurs, le prix du transport de marchandises sur le Rhin devrait rester supérieur à la normale.

Mercredi, le trafic maritime a même été brièvement interrompu lorsqu’un navire est resté bloqué. Cet incident n’a toutefois pas été causé par le faible niveau d’eau, mais par un problème technique sur la péniche. Depuis, la circulation a été rouverte dans les deux sens.

Crise énergétique

Cette situation exacerbe la situation énergétique du pays et de l’Europe, qui n’est déjà pas terrible. Avec la guerre en Ukraine et les effets persistants de la pandémie de COVID, les prix de l’énergie ont atteint des niveaux record ces derniers mois.

Le temps exceptionnellement chaud de cette année a également un impact sur la production d’énergie dans d’autres pays européens. Par exemple, la Norvège, qui est normalement un exportateur net d’énergie, prendrait des mesures pour assurer d’abord sa propre production après que les niveaux d’eau dans les bassins utilisés pour alimenter les centrales hydroélectriques soient tombés en dessous de la normale à la suite d’un hiver et d’un printemps secs.

La vague de chaleur a également un impact en France. Là-bas, la production d’électricité a été affectée parce que l’eau de la rivière normalement utilisée pour refroidir les réacteurs nucléaires était trop chaude. Dans des circonstances normales, le pays exporte de grandes quantités d’électricité vers d’autres pays européens.

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20