Malgré la crise et le scandale, VW annonce un plan à plus de 60 milliards d’euros

Swen Pförtner/dpa

Le plus gros constructeur automobile en Europe, Volkswagen, prévoit un important plan d’investissements dans les véhicules électriques et la numérisation, malgré le gros impact de la crise du coronavirus sur l’industrie automobile et les inquiétudes de ses investisseurs par rapport aux retombées du scandale des moteurs diesel truqués.

« La restructuration de l’entreprise ne sera pas ralentie par le coronavirus, elle va s’accélérer », a indiqué le CEO Herbert Diess au cours de l’assemblée générale du constructeur allemand. VW envisage d’investir d’ici 2024 14 milliards d’euros dans le développement de ses activités numériques et dans les véhicules autonomes.

Parallèlement, VW veut investir 33 milliards d’euros dans l’accroissement de la mobilité électrique d’ici 2024, le groupe entendant devenir leader dans le domaine des voitures alimentées avec une batterie électrique. Le constructeur n’a pas manqué de souligner l’importance de la Chine dans ce segment. « La croissance sur le marché automobile chinois sera essentiellement électrique ces dix prochaines années », prédit M. Diess.

Le groupe allemand a récemment annoncé qu’il souhaitait consacrer 15 milliards d’euros au moins en Chine entre 2020 et 2024 afin de suivre la technologie de la mobilité électrique.

Malgré toutes ces intentions, les représentants des actionnaires n’ont pas caché leur inquiétude lors de l’assemblée, particulièrement en ce qui concerne les suites du scandale des moteurs truqués. Cinq ans après la mise au jour de la supercherie, VW n’a pas encore fini d’en découdre avec les procédures de dédommagements.