Depuis le mois de novembre, l’Allemagne a refusé 11 livraisons d’armes à la Turquie

L’Allemagne refuse toujours d’autoriser les exportations d’armes pour la Turquie, qui est pourtant son alliée dans le cadre du pacte de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN). Selon le journal Süddeutsche Zeitung, le gouvernement allemand redoute que les armes livrées à la Turquie soient utilisées contre sa propre population.

L’Allemagne refuse toujours d’autoriser les exportations d’armes pour la Turquie, qui est pourtant son alliée dans le cadre du pacte de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN). Selon le journal Süddeutsche Zeitung, le gouvernement allemand redoute que les armes livrées à la Turquie soient utilisées contre sa propre population.

Au total, l’Allemagne aurait ainsi bloqué 11 livraisons d’armes à la Turquie depuis novembre 2016, alors qu’au cours de la première moitié de cette décennie, elle n’en avait bloqué que 8.

La répression

En tant que membre de l’OTAN, la Turquie est n’est généralement pas catégorisée comme un pays  à risque. Mais le gouvernement allemand s’inquiète de la répression que le président turc Recep Tayyip Erdogan exerce à l’égard de ses opposants politiques, notamment depuis le putsch manqué de juillet 2016.Ce coup d’Etat déjoué a largement été utilisé comme excuse pour justifier de vastes purges dans tous les services publics, les médias et l’armée.« L’importance du respect des droits humains sera de plus en plus cruciale pour les approbations des transferts d’armes », a souligné un porte-parole du ministère allemand des Affaires économiques. Il explique que depuis la tentative de coup d’Etat, le gouvernement allemand examine les risques d’une possible intervention turque pour résoudre le conflit kurde.Le député allemand Jan Van Aken, député pour Die Linke, un parti de gauche, estime qu’il s’agit d’une première étape vers une suspension totale des livraisons d’armes vers la Turquie. Van Aken observe que le gouvernement turc mène une guerre dans son propre pays et dans la Syrie voisine, et qu’il devient de plus en plus dictatorial.

Les relations germano-turques tendues

Les relations actuelles entre la Turquie et l’Allemagne sont assez tendues, et bien sûr, l’arrêt des livraisons d’armes ne va rien arranger. Deux villes allemandes ont récemment interdit la tenue de meetings politiques organisés par des ministres turcs pour obtenir du soutien pour une réforme constitutionnelle soumise au vote par voie de referendum en Turquie.Erdogan avait alors fustigé la chancelière allemande Angela Merkel, accusant le gouvernement allemand d’avoir recours à des pratiques nazies.