L’industrie pharmaceutique face à un dilemme majeur : punir la Russie ou répondre aux obligations humanitaires

À la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, de nombreuses entreprises occidentales se sont retirées de ce pays. La liste des multinationales qui s’y retirent complètement ou limitent leurs activités s’allonge rapidement. KLM, Heineken, Philips, Nike, Apple, BP et éventuellement Shell figurent actuellement sur cette liste. Mais les entreprises pharmaceutiques doivent-elles aussi y participer ?

Il s’avère qu’il existe encore toute une série de sociétés qui font des affaires en Russie. Il y a le conglomérat américain Koch Industries, dont le PDG Charles Koch est accusé de propager un sentiment pro-russe, et qui est toujours actif dans le pays.

Les entreprises Nestlé, Citrix, Cloudflare et Halliburton n’auraient pas non plus suspendu leurs activités. Les critiques affirment que ces entreprises contribuent à la guerre en Ukraine et préfèrent tacitement les bénéfices financiers aux motifs humanitaires.

Obligations humanitaires

Pour les sociétés pharmaceutiques, cependant, la situation est différente. L’industrie se trouve à un carrefour éthique difficile. Un retrait de la Russie signifierait que les patients atteints de cancer ne pourraient pas se faire soigner, ou que les diabétiques manqueraient d’insuline.

Le 14 mars, Pfizer a déclaré qu’elle continuerait à fournir des médicaments à la Russie et à reverser l’intégralité des recettes pour soutenir la population ukrainienne. L’arrêt de la fourniture de médicaments serait contraire aux principes fondamentaux de l’entreprise. Johnson & Johnson et Roche ont publié des déclarations similaires.

« Notre industrie a une obligation humanitaire unique de veiller à ce que les médicaments et les vaccins restent disponibles pour tous les patients, où qu’ils soient. Y compris la Russie ou l’Ukraine », a déclaré Andrew Powrie-Smith à Wired. M. Smith est directeur de l’organisation industrielle European Federation of Pharmaceutical Industries and Associations.

La Russie est durement touchée

Cependant, tout le monde ne partage pas ce point de vue. L’éthicien médical américain Arthur Caplan a fait valoir que l’industrie pharmaceutique devrait également cesser ses activités en Russie. Dans sa déclaration, il a affirmé que le peuple russe ne devait pas seulement être privé de « cheeseburgers et de café », mais aussi par des produits qui préservent son bien-être.

Certaines petites entreprises pharmaceutiques semblent faire les premiers pas dans cette direction, selon une lettre ouverte signée par plusieurs PDG. Les signataires promettent de ne plus investir en Russie et dans les entreprises russes, de ne plus collaborer dans le pays et de rejeter tous les fonds. Seul l’approvisionnement en médicaments et en nourriture sera maintenu.

Question d’éthique

« Si je suis très heureux que Nike ne vende pas ses chaussures, je pense que l’industrie pharmaceutique est dans une situation différente », déclare Emanuele-Chiara Gillard, chercheur au sein du groupe de recherche « Ethics, Law and Armed Conflict » de l’université d’Oxford. Si les entreprises choisissent de cesser toute fourniture de médicaments vitaux, Mme Gillard affirme qu’il n’y aura aucune conséquence juridique. Il n’y a aucun moyen de contester légalement cela.

L’industrie pharmaceutique est donc confrontée à un problème compliqué, qu’elle est obligée de prendre en charge. D’une part, les sanctions peuvent contribuer à faire plier le régime de Poutine. D’autre part, la santé de milliers de Russes dépend des médicaments occidentaux, de sorte que des mesures pourraient nuire à de nombreux civils innocents.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20