Les tout premiers échantillons de poussière lunaire mis aux enchères, contre la volonté de la NASA

Ce mercredi 13 avril, il sera possible d’enchérir pour tenter de mettre la main sur les premiers échantillons de poussière de lune récoltés en 1969, lors de la mission Apollo 11. Il faudra cependant avoir les poches bien remplies, car la maison de vente aux enchères Bonhams s’attend à une vente à 6 ou 7 chiffres.

La date du 21 juillet 1969 marqua l’histoire à jamais. C’est ce jour-là que l’homme posa pour la première fois le pied sur la Lune. Un événement inoubliable au cours duquel les astronautes américains ont récolté différents échantillons lunaires qui, une fois ramenés sur Terre, ont provoqué la convoitise de certains. C’est ainsi que la NASA s’est vue dérober ces premiers échantillons de poussières lunaires lors d’un prêt au musée spatial Cosmosphere à Hutchinson, Kansas.

Après avoir changé de mains – grâce à une enquête des US Marshall et à la saisie de nombreux artefacts spatiaux volés qui ont finalement été mis aux enchères –, la NASA est finalement parvenue à remettre la main sur ces échantillons, mais cela fut de courte durée. L’agence spatiale américaine avait en effet reçu les échantillons pour être authentifiée, mais celle qui les avait achetés pour 995$ dollars aux enchères ne souhaitait en aucun cas s’en défaire.

Moult actions judiciaires s’en sont suivi et la NASA fut finalement contrainte à rendre sa précieuse poussière lunaire à sa propriétaire légale.

Ce mercredi 13 avril, l’agence spatiale américaine ne pourra rien faire pour empêcher la vente de ces précieux échantillons qui, selon la société qui se charge de la vente, sont les seuls de la mission Apollo qui puissent être vendus légalement.

Le tourisme spatial au service du marché de matériel spatial

Organisée par la maison Bonhams, la vente sur le thème de l’espace comprend également un fragment d’aluminium de Spoutnik 1 et une maquette grandeur nature du cône du nez d’Explorer 1 du Jet Propulsion Laboratory. Elle s’attend à ce que les fragments de lune d’Apollo 11 récoltés par Niel Armstrong soient vendus entre 800.000 et 1,2 million de dollars. Une partie des bénéfices sera reversée à des associations caritatives scientifiques, a indiqué la maison dans un communiqué.

La vente devrait donc rapporter gros et pas simple simplement parce qu’il s’agit de pièces qui font partie de l’histoire, mais aussi parce que le marché du matériel spatial a été boosté par la course pour l’espace des milliardaires Jeff Bezos, Richard Branson et Elon Musk, a indiqué Adam Stackhouse, spécialiste de chez Bonhams qui supervise la vente, à Forbes.  

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20