Les petites entreprises ont intérêt à cerner les grandes promesses de la blockchain

Alors qu’on nous rebat les oreilles avec cette technologie prétendument révolutionnaire depuis des années, petites et moyennes entreprises éprouvent encore des difficultés à cerner les enjeux. Réflexion.

Inflation. Choc d’approvisionnement. Pénurie de main-d’œuvre. Covid. Des centres d’intérêt pertinents. Des sources d’inquiétudes importantes. « Mais toutes ces histoires couvrent relativement le court terme. L’inflation sera, un jour, à nouveau sous contrôle. L’approvisionnement rattrapera son retard. La main-d’œuvre continuera ses va-et-vient. Le Covid, mais nous devrons vivre avec. En réalité, une seule histoire va vraiment avoir un impact à long terme pour les petites entreprises : la blockchain. Les entrepreneurs intelligents le savent », tranchait récemment Gene Marks dans une tribune pour le Guardian.

Ce constat superficiel risque d’induire en erreur bien des patrons d’entreprises. Car la blockchain participe déjà à un changement profond de l’économie numérique. D’innombrables développeurs s’ingénient aux quatre coins de la planète à bâtir des applications concrètes en réponse à des problématiques spécifiques. Et pas seulement dans des start-up se rêvant licornes mais aussi dans des institutions bien établies.

Cela étant dit, comme pour tout autre outil informatique, employée au bon endroit et de la bonne façon, la blockchain peut réduire les coûts, rationaliser les processus et éviter bien des erreurs humaines.

La blockchain fonctionne, plus besoin de le démontrer. D’ailleurs, il ressort encore de la Global Blockchain Survey 2021 du cabinet de conseil Deloitte que 73% des dirigeants d’entreprises pensent perdre un avantage compétitif s’ils n’adoptent pas la blockchain. À titre indicatif, 33% des entreprises sondées dans le monde se disent prêtes à investir au cours de l’année suivante plus de 10 millions $.

Et à l’échelle d’une PME ?

Une PME ne doit pas s’égarer dans les technologies. La construction d’un avantage compétitif d’un business passe d’abord par la « culture ». Et mieux vaut que cette culture d’entreprise recèle quelques sensibilités à la gouvernance IT, à l’innovation techno.

La pression ressentie par les PME ira en s’accentuant à mesure qu’augmentent les volumes de données, les processus et les services numérisés qu’elles gèrent. Ne pas investir, ou mal le faire, c’est se condamner à subir des vagues de progrès techniques et tous les bouleversements que cela implique.

Une blockchain maladroitement implémentée peut ouvrir une brèche dans la sécurité d’une entreprise, au lieu de renforcer la transparence et la protection de ses données.

Mécanismes de consensus, méthodes cryptographiques, interopérabilité… en ciblant les divers paramètres de contrôle, les entreprises pourraient déterminer avec moins de confusion leurs besoins.

La blockchain n’est pas un miracle technologique mais parfois une pierre à l’édifice, édifice qui demande d’autres efforts et investissements.

Difficile à implémenter

Certains projets blockchain butent sur un obstacle classique l’absence de dématérialisation suffisante des processus métier. Lorsque les processus sont encore papier, la première étape doit être de les numériser avant de penser « blockchain ». Mais rien n’empêche évidemment de se servir de la blockchain pour enclencher cette numérisation.

Surtout qu’auparavant, la blockchain clé en main n’existait pas. Des géants informatiques comme IBM ou Oracle proposaient bien des solutions mais elles ne s’adaptaient qu’à des situations industrielles bien spécifiques, avec une certaine taille critique.

Ces deux dernières années, la technologie décentralisée a évolué et s’est davantage adaptée à notre économie. Désormais même un mastodonte comme Amazon permet à n’importe quelle entreprise de mettre en place et gérer « facilement » Ethereum, la principale blockchain rivale du Bitcoin

Cela concrétise les atouts de la blockchain pour les PME. Encore faut-il en comprendre les promesses et les limites. L’entreprise intéressée devra entamer son projet de blockchainisation par une sorte d’audit stratégique : est-ce motivé par un réel besoin ou seulement par du marketing pour « faire innovant » ? est-ce que la tech fait partie de l’ADN de l’entreprise ? déjà des talents en interne pour mener à bien ce projet ou faudra-t-il engager, outsourcer ? par où commencer une expérimentation pratique ?

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20