Les médias sociaux interviennent enfin : purge de la propagande et des faux comptes

Facebook et Instagram suppriment des faux comptes en Pologne et en Biélorussie, Twitter intervient contre la propagande d’État en Chine et en Russie. Il semble que les entreprises de médias sociaux interviennent contre tout ce qui les tourmente depuis des années. Ce faisant, les entreprises technologiques veulent envoyer un signal dans le monde entier indiquant que l’influence excessive via les médias sociaux ne sera plus tolérée.

Meta, la société mère de Facebook, a commencé la « purge des médias sociaux » en supprimant environ 500 comptes. Ces comptes ont essayé de diffuser de fausses nouvelles sur Covid-19 sous la supervision du gouvernement chinois. Un scientifique suisse (qui ne semble pas exister du tout) aurait déclaré que les États-Unis tentent de boycotter la recherche de l’origine du virus.

Biélorussie

Une autre enquête de Meta a révélé que des agents des services secrets biélorusses du KGB (ils ont conservé ce nom même après la chute de l’Union soviétique) ont utilisé de faux comptes pour rendre compte de la crise des migrants à la frontière. Les agents se faisaient passer pour des journalistes et des militants et écrivaient sur ce qu’ils appelaient « l’attitude honteuse » de la Pologne. Au total, une cinquantaine de comptes ont été suspendus et cinq groupes Facebook (avec une portée de 1 400 membres) ont été fermés.

Un réseau similaire a été découvert et suspendu du côté polonais également. Là, des personnes se sont fait passer pour des migrants afin de dissuader d’autres personnes de se rendre en Europe. Ils ont fait état de « la vie misérable des migrants dans l’Union européenne » et de « la politique anti-immigration stricte et l’activité néo-nazie » en Pologne.

Après Facebook, Twitter a également commencé à supprimer des comptes, mais principalement dans le but d’arrêter la propagande contrôlée par l’État. Au total, la plateforme a supprimé 3 465 comptes, la grande majorité provenant de Chine, mais la propagande atteint aussi régulièrement des citoyens au Mexique, en Russie, en Tanzanie, en Ouganda et au Venezuela via les médias sociaux.

Xinjiang

Mais ce sont les comptes chinois qui sont les plus nombreux : pas moins de 2 160, soit près d’un tiers de tous les comptes, sont liés à l’oppression des Ouïgours dans la province chinoise du Xinjiang. Ces comptes sont des porte-paroles directs du parti communiste chinois. Cent douze autres sont liés à « Changyu Culture », une entreprise privée du Xinjiang, mais soutenue par le gouvernement local.

Cette province fait depuis longtemps l’objet de discussions dans les milieux politiques, mais aussi parmi les organisations de défense des droits de l’homme telles qu’Amnesty International. La province abrite quelque 12 millions de Ouïgours, une minorité musulmane qui ne peut compter sur la compréhension ou l’amabilité du gouvernement chinois : ils sont dépeints comme des terroristes parce qu’ils refusent souvent de s’assimiler à la culture chinoise.

C’est pourquoi la Chine a déjà construit un certain nombre de « camps de rééducation » pour convertir les Ouïghours aux enseignements traditionnels chinois. En réalité, les Ouïghours emprisonnés, dont le nombre est estimé à un million, subissent probablement un lavage de cerveau et sont torturés.

Après des mois d’emprisonnement, certains Ouïghours sont constamment espionnés, mis sur écoute et menacés par le gouvernement chinois. Les Ouïgours qui fuient la Chine et se retrouvent aux Pays-Bas, par exemple, sont également toujours surveillés.

Russie

Bien que l’oppression des Ouïghours soit la plus discutée sur les comptes de propagande, d’autres pays ne sont pas en reste. En Ouganda, 418 comptes Twitter ont été fermés en raison d’actions coordonnées dirigées par le président Yoweri Museveni et son parti. Une activité similaire a été observée au Mexique et au Venezuela. Les comptes tanzaniens ont tweeté quelque chose de plus offensif, dirigé contre les organisations de défense des droits de l’homme dans le pays.

Le rôle de la Russie en Afrique est également intéressant. Outre l’envoi de troupes militaires en République centrafricaine, le pays influence désormais activement la politique locale par le biais de comptes de propagande. Ces mêmes comptes ont également critiqué le régime libyen et soutenu ouvertement les influences géopolitiques russes en Libye et en Syrie.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20