Les formes longues du Covid pourraient être causées par un autre virus

Plus de 20% des cas de Covid-19 souffrent d’une forme longue du virus. Cette dernière peut se manifester par des symptômes tels que de la fatigue, un brouillard cérébral et des éruptions cutanées plusieurs semaines voire plusieurs mois après l’infection initiale.

Tout le monde ne réagit pas de la même façon face au coronavirus. Si les personnes immunodéprimées ou âgées sont plus susceptibles de contracter une forme grave du virus, les jeunes et individus en bonne santé ne sont pas à l’abri d’une hospitalisation. L’infection se manifeste différemment chez les individus et peut, dans plus de 20% des cas, s’éterniser, pour des raisons qui ne sont pas toujours claires.

Selon une nouvelle étude réalisée aux États-Unis, les formes longues du coronavirus seraient dues à la présence d’un autre virus dans l’organisme des patients qui, jusqu’ici, « dormait ». L’étude menée sur 185 patients atteints d’une forme longue du Covid-19 a révélé que plusieurs d’entre eux étaient positifs au virus d’Epstein-Barr (EBV). Il s’agit d’une infection virale très courante qui affecte près de 95% de la population mondiale, durant l’enfance principalement. Sa contraction se manifeste par une banale infection des voies respirations, accompagnée de fièvre, ou par une mononucléose infectieuse. Dans certains cas, il peut également causer des cancers. Une fois l’épisode infectieux passé, le virus restera dans l’organisme, mais dans un état inactif. Il peut cependant parfois se réveiller et provoquer des symptômes de la grippe durant les périodes de stress psychologiques ou physiologiques, telles qu’une pandémie.

« Nous avons effectué des tests sérologiques du virus d’Epstein-Barr sur des patients atteints du Covid-19, au moins 90 jours après qu’ils aient été testés positifs pour l’infection par le SARS-CoV-2. Et nous avons comparé les taux de réactivation de l’EBV de ceux qui présentent de symptômes longs du Covid à ceux qui n’ont jamais présenté de symptômes du Covid », explique l’auteur principale de l’étude, Jeffrey Gold, biologiste au sein de la World Organization, un organisme de bienfaisance. « Nous avons trouvé que plus de 73% des patients Covid-19 qui présentaient des symptômes longs du Covid étaient également positifs pour la réactivation de l’EBV. »

 « Nous avons trouvé des taux similaires de réactivation de l’EBV chez ceux qui présentaient des symptômes longs du Covid pendant des mois, comme chez ceux présentant des symptômes longs du Covid qui ont commencé quelques semaines seulement après avoir été testés positifs pour le coronavirus », a déclaré le co-auteur de l’étude, David J. Hurley, professeur et microbiologiste moléculaire à l’Université de Géorgie. « Cela nous a indiqué que la réactivation de l’EBV se produit probablement simultanément ou peu de temps après l’infection au coronavirus. »

Les résultats de cette étude suggèrent qu’il y a effectivement un lien entre les formes longues du coronavirus et la réactivation du virus EBV. Les chercheurs souhaitent en tout cas poursuivre leur recherche dans ce sens, en testant des patients nouvellement positifs au coronavirus pour l’EBV, afin de les traiter le plus tôt possible pour réduire l’intensité et la durée de la réactivation du virus Epstein-Barr. De cette manière, ils espèrent pouvoir éviter une forme longue du Covid.

À lire aussi:

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20