Les chefs d’entreprise européens craignent le pire : « Nous voyons une grande récession se profiler »

L’année 2022 n’en est pas à sa première moitié qu’elle est déjà marquée par une succession de crises, des regains épidémiques à celle de l’énergie en passant par la guerre en Ukraine, qui s’entremêlent pour créer un climat économique incertain, voire inquiétant. Les dirigeants de diverses grandes entreprises européennes tirent la sonnette d’alarme : ils craignent que le continent se dirige vers une période de récession.

« C’est sûr, nous voyons une grosse récession en préparation, mais c’est exactement ce que nous voyons – elle est en préparation. Il y a toujours une demande en surplomb à cause de la crise Covid que nous sommes sur le point de laisser derrière nous », a déclaré Stefan Hartung, PDG du géant allemand de l’ingénierie et de la technologie Bosch, lors d’un entretien auprès de CNBC. « Elle est toujours là et vous la voyez nous frapper lourdement en Chine, mais vous voyez que dans de nombreuses régions du monde, la demande des consommateurs a même déjà augmenté dans certaines régions. »

La consommation se maintient

Pour l’instant, l’intérêt des consommateurs pour l’électroménager et la domotique, ainsi que la demande croissante de nouveaux véhicules, permet de faire tourner l’économie. Mais l’industriel allemand rappelle que cela ne sera pas éternel: « Cela signifie que, pendant un certain temps, la demande sera toujours là, même si les intérêts et les prix augmentent, mais à un moment donné, il ne s’agira plus seulement d’une crise de l’offre, mais aussi d’une crise de la demande, et alors, c’est sûr, nous serons dans une profonde récession. »

Une Europe à la baisse à court terme

Un constat que le patron de Bosch n’est pas le seul à partager. Mark Branson, président du régulateur financier allemand BaFin, a confié au média économique américain que toute escalade militaire en Ukraine ou toute nouvelle perturbation de l’approvisionnement énergétique pourrait faire peser de graves risques sur la croissance de la première économie européenne. Quant à Holger Schmieding, économiste en chef de Berenberg, il a déclaré dans une note vendredi dernier que les risques à court terme pour la croissance économique sont orientés à la baisse en Europe.

La situation des grandes entreprises européennes est mise sous pression sous différents axes potentiellement interconnectés, selon ces grands patrons. L’UE reste dépendante du reste du monde pour son approvisionnement en puces électroniques, dont la pénurie ne s’est toujours pas résorbée, tandis que c’est maintenant l’énergie qui provoque le plus d’inquiétudes. « En plus de cela, il y a maintenant de nouvelles fermetures en Chine, notre plus grand marché, qui nous affecteront en Chine, mais qui peuvent également affecter les chaînes d’approvisionnement à travers le monde, et en plus de cela, bien sûr, la guerre en Ukraine, donc l’environnement commercial est difficile », ajoute auprès de CNBC Ola Kallenius, PDG de Mercedes-Benz.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20