Le manque de confiance est ce qui ralentit le lancement de Facebook sur le marché des paiements numériques: « Donnez-nous le bénédice du doute »

De passage à Washington le 18 août dernier, le chef de la division des services financiers de Facebook, David Marcus, a indiqué que l’entreprise américaine était prête à lancer son portefeuille numérique Novi. Près d’un mois plus tard, le projet ne s’est toujours pas concrétisé.

Pourquoi est-ce important ?

En 2019, Facebook a fait part de son souhait de se lancer plus concrètement sur le marché des paiements numériques en proposant son propre portefeuille numérique, Novi. Il était également question de lancer sa propre cryptomonnaie, Diem (anciennement Libra). Deux projets qui pourraient véritablement chambouler le système financier mondial étant donné le poids de l’entreprise de Mark Zuckerberg, ce qui n'est pas forcément vu d'un bon oeil par certains acteurs du secteur financier.

Si Facebook se dit prêt à lancer son portefeuille numérique, un obstacle de taille se dresse devant lui : les régulateurs ne lui font pas totalement confiance. Une épine dans le pied dont l’entreprise américaine est bien consciente et qui nuit au développement de ses autres projets tels que celui d’un « métavers » ou encore de sa cryptomonnaie Diem.

« S’il y a une chose dont nous avons besoin, c’est du bénéfice du doute », a déclaré David Marcus lors d’une interview accordée à Axios. « [Nous] démarrons avec un déficit de confiance que nous devons compenser ». L’homme s’est récemment rendu à Washington pour tenter une opération de séduction auprès des principaux acteurs réglementaires américains en soulignant les nombreux bénéfices du projet Novi.

« Mon espoir est que Washington soit plus réceptif, car beaucoup de choses ont changé » depuis la présentation initiale du projet en 2019, a déclaré Marcus. « Je pense que si je pouvais tout refaire, l’une des choses qui, à mon avis, a échoué était en fait d’expliquer comment nous gagnerions de l’argent. »

« La seule façon de gagner cette confiance est de démontrer que nos intentions sont vraiment de résoudre les problèmes », a-t-il ajouté.

Qu’est-ce que Novi exactement ?

Dernier ce nom étrange se cache un projet de plateforme de paiements numériques basée sur la blockchain sur laquelle la future cryptomonnaie de Facebook, Diem, devrait occuper une place importante.

Cette plateforme devrait « vraiment abaisser la barre de l’accessibilité à un système financier moderne » pour les consommateurs, assure David Marcus. Facebook a en effet l’espoir de rendre les paiements accessibles au plus grand nombre en les simplifiant, mais aussi en les rendant plus rapides. Transférer de l’argent via Novi sera ainsi aussi simple qu’envoyer un message sur Messenger ou WhatsApp. Le transfert sera instantané et sera sécurisé grâce à la blockchain.

Il est notamment question de permettre dès l’année prochaine des transferts d’argent gratuits peer-to-peer, de particuliers à particuliers. Après quoi, Facebook facilitera les transactions entre les commerçants et leurs clients. C’est à ce niveau que l’entreprise américaine espère gagner de l’argent.

Pour l’instant, Facebook est déjà présent sur le marché des paiements numériques, mais le géant des réseaux sociaux se contente de faciliter les transactions entre les commerçants et les clients ce qui ne lui permet pas d’en retirer un grand bénéfice.

En lançant sa propre plateforme de paiements numériques, Facebook espère en tirer un plus gros bénéfice puisque l’entreprise pourra prendre une commission plus importante sur les transactions réalisées entre un client et un commerçant. Les premiers revenus significatifs ne devraient pas être perçus par Facebook « avant 2023 au plus tôt », selon le chef de la division des services financiers de Facebook.

Une menace pour le système financier mondial

Mais le chemin à parcourir avant d’y arriver est encore long, et ce, même si Facebook prévoit de lancer Novi d’ici la fin de l’année. Les régulateurs craignent en effet que l’entrée de l’entreprise américaine sur le marché des paiements numériques ne vienne chambouler le système financier mondial et que la monnaie numérique de Facebook, Diem, prenne finalement le pas sur les monnaies nationales mondiales, dont le dollar, souligne Axios.

À lire aussi:

Plus
Lire plus...
Marchés