La Vivaldi se montre confiante pour faire payer à Engie la crise du pouvoir d’achat : « Nous nous attaquerons à leurs bénéfices et les utiliserons pour payer les factures d’énergie », jure Van der Straeten (Groen)

La Vivaldi s’est donné plus d’un mois pour trouver un accord avec la société française Engie. Le duo composé du Premier ministre, Alexander De Croo (Open Vld), et de la ministre de l’Énergie, Tinne Van der Straeten (Groen), négocie en coulisses avec Paris : ils veulent obtenir la prolongation de deux réacteurs nucléaires ainsi qu’une taxe supplémentaire sur la rente nucléaire d’ici juin. Entre-temps, la ministre de l’Énergie a promis, sous la pression de la majorité et de l’opposition à la Chambre, que la Vivaldi « s’attaquera aux profits du secteur de l’énergie, dans tous les domaines », et que ceux-ci seront pleinement utilisés « pour réduire la facture énergétique de nos citoyens et de nos entreprises ». La Vivaldi espère toujours une initiative européenne : à ce jour, le secteur européen de l’énergie a réalisé des surprofits d’un montant astronomique de 200 milliards d’euros. Si cela ne se concrétise pas, alors Van der Straeten et le Premier ministre De Croo devront prendre des mesures eux-mêmes. En attendant, dans l’hémicycle, un nouveau cadre plus strict est prêt pour Synatom, le fonds qui doit réguler l’assainissement du démantèlement : financièrement, un dossier gigantesque, d’une valeur de 41 milliards d’euros.

Dans l’actualité : « Personne ne devrait s’enrichir de la plus grande crise énergétique jamais connue », a déclaré une Van der Straeten dynamique dans l’hémicycle.

Les détails : Plus que jamais, la Vivaldi associe le « pouvoir d’achat » aux surprofits d’Engie.

  • « Aux armes, citoyens !« , majorité et opposition ont un ennemi commun : l’énergéticien français Engie.
  • Cette semaine, on a appris que la filiale belge Engie-Electrabel, qui exploite les centrales nucléaires de Doel et de Tihange en Belgique, versera un dividende de 1,24 milliard à sa holding à Paris après une année extrêmement lucrative.
  • Cela a entraîné toute une série de réactions indignées dans l’hémicycle, allant toutes dans le même sens. La frontière entre l’opposition et la majorité est devenue très mince, la division entre la gauche et la droite inexistante :
    • Jean-Marie Dedecker, membre indépendant du parti N-VA, s’est révélé être un véritable démagogue de gauche : « Engie est la vache laitière qui broute ici, qui est engraissée ici, mais qui est traitée à Paris. La semaine dernière, nous avons vu qu’ils ont versé 1,24 milliard d’euros supplémentaires de ces surprofits à des millionnaires français », a-t-il déclaré, avant de demander : « Que va-t-on faire maintenant pour le pouvoir d’achat ? »
    • « Le plus triste, c’est que les gens qui ne peuvent pas payer leurs factures aujourd’hui doivent regarder ces actionnaires en France compter les billets avec leurs gros cigares », a déclaré Reccina Van Lommel (Vlaams Belang).
  • La majorité a tenu un discours similaire, en direction de la France :
    • « D’un côté, 1,2 milliard d’euros partent à Paris pour payer les actionnaires, et de l’autre, les factures explosent, et la vie des gens devient de plus en plus difficile », constate le député PS Malik Ben Achour.
    • « Cela ressemble à une gifle pour tous ceux qui luttent pour joindre les deux bouts », a déclaré Leen Dierick (CD&V), qui a parlé de « managers français qui comptent leurs bénéfices et leurs dividendes ».
    • Kris Verduyckt (Vooruit) a également pointé du doigt un autre coupable : « À l’heure où les gens sont confrontés à des factures d’énergie très élevées et où les compagnies d’énergie s’enrichissent du jour au lendemain, il faut faire quelque chose. Vous m’avez déjà dit qu’il n’y a presque rien que vous puissiez faire pour réparer l’erreur du gouvernement précédent. Pourtant, cela ne peut pas continuer. »
    • « Le fait que 1,2 milliard soit canalisé vers la société mère française est hallucinant », a déclaré Kim Buys (Groen). Elle a également attaqué le « précédent gouvernement » : « La précédente ministre de l’Énergie a fait passer ce projet par tous les moyens possible, à la demande de l’entreprise », a-t-elle lancé à Marie-Christine Marghem (MR).
  • Dans le même temps, l’opposition a fait pression pour que des mesures soient prises dès maintenant : « L’histoire selon laquelle l’argent n’est pas disponible, que Groen, Vooruit et la Vivaldi racontent depuis des mois, est tout simplement fausse. Nous n’avons pas besoin de mois supplémentaires de promesses vides, mais nous avons besoin d’actions, afin que ces excédents soient effectivement retirés », a asséné Peter Mertens (PTB), en s’attaquant au flanc gauche du gouvernement fédéral.
  • La N-VA s’en est directement prise à l’approche de Van der Straeten : « Vous avez rendu les choses très difficiles. Poussée par le dogme vert, vous n’avez cessé de repousser la décision sur les centrales nucléaires. Vous avez continué à traîner les pieds, si bien que le gouvernement doit maintenant se rendre à Paris et user de tous ses charmes pour convaincre Engie de prolonger la durée de vie des centrales nucléaires, ce dont nous avons tant besoin. Dans le même temps, vous cherchez une arme pour faire payer plus d’impôts à ces mêmes personnes. La question est de savoir à quel point vous êtes sérieuse sur ces deux questions. »

Ça vaut la peine de le mentionner quand même : Qui sont ces « actionnaires au gros cigare » ?

  • Electrabel est aujourd’hui une filiale qui appartient à 100 % à la société Engie. En 2005, les Français ont définitivement pris en main l’ensemble de l’entreprise autrefois belge.
  • Mais la vente à Suez, son nom à l’époque, avait déjà commencé bien plus tôt. Electrabel faisait en fait partie de la Société Générale de Belgique, un véhicule d’investissement historique créé par Guillaume Ier en 1822. En 1988, l’Italien Carlo de Benedetti a jeté son dévolu sur cette « fierté belge », après quoi la haute finance belge, y compris le Premier ministre de l’époque, Wilfried Martens (CVP), a lancé une contre-attaque.
  • Tout comme deux décennies plus tard avec le dossier Fortis – d’ailleurs avec le même Maurice Lippens comme architecte – ils ont trouvé refuge à Paris : Suez était le « sauveur », tout comme BNP Paribas l’était avec Fortis.
  • Mais tant que pour Suez que BNP Paribas, ce rôle de « sauveurs » signifiait en fait la fin d’un centre de décision en Belgique, et un déplacement du pouvoir et surtout des dividendes vers Paris. Le gouvernement belge a immédiatement perdu tout moyen de pression sérieux, par le biais de l’actionnariat de toute façon.
  • Chez Electrabel, cela s’est produit vingt ans plus tôt : l’énergéticien a été complètement vidé de sa substance par Suez. Cette dernière a elle-même fusionné en 2008 avec Gaz de France, une entreprise publique.
  • Ainsi, celui qui se plaint aujourd’hui des « actionnaires aux gros cigares » parle en fait du contribuable français. Après tout, avec 23,64 % de toutes les actions, l’État français est de loin le premier actionnaire principal. On y trouve également quelques grands acteurs financiers, comme BlackRock (4,47 %) et la Caisse des dépôts et consignations (CDC) (4,59 %). Et les employés eux-mêmes avec 3,16 %.
  • Engie-Electrabel a effectivement une couche de vernis belge, à travers sa direction et son conseil d’administration. Thierry Saegeman, le PDG, est très éloquent et aime se rendre sur les plateaux de télévision belges pour défendre « son » entreprise. Dans le même temps, une figure de proue belge, un capitaine d’industrie, a été proprement installé à la présidence du conseil d’administration d’Engie-Electrabel : l’ancien postier Johnny Thijs. Quiconque croit que ce dernier lèverait ne serait-ce qu’un petit doigt pour défendre les intérêts des consommateurs belges croit aux contes de fées. La vraie patronne, c’est Catherine MacGregor, la PDG d’Engie.

La rhétorique : Van der Straeten a répondu crescendo.

  • Dans l’hémicycle, la ministre Van der Straeten s’est montrée remarquablement combattive. Il est désormais clair que le chagrin des Verts dans ce dossier de la prolongation du nucléaire est passé : personne ne semble plus vraiment engagé dans cette discussion. Désormais, l’attention se porte entièrement sur un problème beaucoup plus urgent : le pouvoir d’achat et les factures énergétiques élevées.
  • De cette manière, Van der Straeten espère trouver un nouveau souffle. Et il est clair que la ministre écologiste ne se laissera pas faire lorsqu’il s’agira de s’attaquer à Engie, du moins dans les mots :
    • « J’entends ici ‘hallucinant’, ‘ironique’ et ‘impensable’. Mais la somme de ces trois évaluations reste une sous-estimation de la douleur que les gens ressentent lorsque leur facture d’énergie arrive dans leur boîte aux lettres chaque mois », a déclaré Van der Straeten.
    • « Puis faire des profits énormes, alors qu’un nombre record de personnes ne peuvent pas payer leur facture ? C’est inacceptable ! »
    • « Personne ne devrait s’enrichir de la plus grande crise énergétique jamais connue. »
    • « Nous tenons notre engagement : nous allons nous attaquer aux profits dans le secteur de l’énergie, toutes technologies confondues. Et si nous écrémons ces bénéfices, nous les utiliserons dans leur intégralité pour réduire les factures énergétiques de nos citoyens et de nos entreprises. »

En résumé: la Vivaldi doit trouver rapidement un accord avec Engie. La date limite est en juin.

  • Le gouvernement ne veut pas en dire plus sur les discussions avec le géant français de l’énergie. Les détails des discussions que le Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld) et Van der Straeten mènent ensemble sont gardés secrets. Ce n’est pas une coïncidence s’ils sont à deux : dans un dossier aussi important, il était important pour les Verts de mettre toute la coalition dans le même bain, avec le Premier ministre à la table. Ainsi, en cas d’échec, personne ne pourra en vouloir qu’à Groen et aux écologistes de manière générale.
  • Rien de vraiment neuf à la Chambre hier : lorsque le grand accord énergétique de la Vivaldi a été conclu le 14 mars (quand il a été décidé de maintenir les centrales nucléaires ouvertes), la taxe sur les surprofits faisait partie de l’accord.
  • Et le délai avait également été fixé, ce que Van der Straeten a clairement répété hier : il doit y avoir un résultat avant la fin du mois de juin. L’heure tourne pour la Vivaldi, et surtout pour le Premier ministre et sa ministre de l’Énergie.
  • Mais une telle taxe supplémentaire sur les bénéfices excédentaires s’avère plus difficile que prévu dans la pratique: « J’ai besoin de plus de temps que d’habitude car j’ai les mains liées par les accords passés par les gouvernements précédents », se justifie Van der Straeten. Selon les conseils juridiques de l’autorité de régulation, entre autres, nous nous exposons à des dommages si nous agissons trop brusquement. Nous devons prendre d’une main et donner de l’autre. »
  • Il s’agit principalement des accords conclus lors de la prolongation de la durée de vie de Doel 1 et 2, et de Tihange 1 : à l’époque, Engie avait reçu le « cadeau » de prolonger la durée de vie de ces réacteurs en échange d’une taxe nucléaire beaucoup plus faible. Rompre cet accord maintenant serait un combat juridique périlleux.
  • D’ailleurs, il y a eu des remous lorsque la Banque nationale a initialement refusé la proposition d’étudier un nouvel impôt. Elle s’est finalement exécutée : la patate chaude est entre ses mains. Elle va énumérer des « critères objectifs » pour l’introduction d’une telle taxe sur les bénéfices excédentaires, pour tout le secteur de l’énergie.
  • Van der Straeten espère aussi un signal de l’Europe. L’ensemble du secteur européen de l’énergie affiche un excédent sur les bénéfices de 200 milliards d’euros en raison de la crise énergétique ; à elle seule, la société Shell a annoncé hier un chiffre de 7,1 milliards d’euros de bénéfices au 1er trimestre. Toutefois, il n’est pas réaliste de penser que l’UE sera prête à présenter une initiative commune avant la fin du mois de juin.
  • Côté belge, pour éviter que le dossier ne devienne une guerre d’avocats sans fin, la clé réside dans les négociations avec Engie. Les Français ont ainsi la possibilité de réaliser des superprofits avec Doel 4 et Tihange 3 pendant quelques années encore, mais ils devront en même temps cracher une taxe supplémentaire. Nous devrons attendre et voir quel sera le résultat, mais il est clair que l’enjeu politique est important, et que tous les regards sont tournés vers le duo Van der Straeten-De Croo.

Le plus important peut-être : la Vivaldi devra s’occuper bientôt de ce qui est sans doute le plus gros boulet financier depuis des années, à savoir le démantèlement des centrales et l’élimination des déchets nucléaires. Une autre variable très importante des négociations.

  • Les déchets hautement radioactifs restent dangereux pendant 300 000 ans. Le principe du « pollueur-payeur » s’applique : Engie est donc responsable.
  • Mais l’ensemble du règlement, élaboré il y a plusieurs dizaines d’années et actualisé au début de l’année 2000, a été ébranlé : l’opposition et la majorité le savaient. Après tout, Engie a bénéficié de nombreuses échappatoires.
  • Lors des récentes négociations en vue d’un accord sur l’énergie en mars, par exemple, les Verts étaient encore effrayés par l’idée de nationaliser les centrales nucléaires (ce que le MR a suggéré) : on soupçonnait que les Français soient heureux de vendre à l’État belge, juste pour se débarrasser de ce fâcheux héritage obligatoire. En mars, lors de la conclusion de l’accord sur l’énergie, il a été explicitement convenu dans le texte de ne pas envisager de nationalisation.
  • Mais cela ne garantissait pas le paiement du démantèlement. Par l’intermédiaire du fonds Synatom, Engie a constitué une provision qui, sur le papier, s’élève à environ 14 milliards d’euros, mais dans le même temps, la société mère française a été immédiatement autorisée à prêter 75 % de cet argent. Il n’y avait aucune garantie de remboursement de la part de la société mère : « Il y avait une chance qu’un jour les Français laissent derrière eux quelques sociétés fictives, surtout si les centrales nucléaires devaient fermer et qu’il n’y avait plus de revenus belges. Nous avons donc dû fermer cette possibilité, sans faire trop de bruit », nous rapportent des sources gouvernementales.
  • Les travaux sont dangereux et même les déchets de faible activité doivent être stockés pendant des centaines d’années. Le prix de revient devrait s’élever à environ 41 milliards d’euros, compte tenu de l’inflation future. Par conséquent, mettre de côté quelque 14 milliards d’euros n’est pas du superflu.
  • La ministre de l’Énergie Tinne Van der Straeten (Verts) a terminé son projet de loi sur le démantèlement, qui se trouve maintenant à la Chambre. Le vote aura lieu d’ici quelques semaines. « La loi est bien sûr aussi une monnaie d’échange dans les discussions avec Engie, car il est possible de repousser la dernière année au cours de laquelle Engie doit avoir remboursé la totalité du fonds. Disons qu’il vaut mieux ne pas voter la loi avant la fin des négociations avec Engie à Paris : c’est une carte qu’on ne peut pas jouer à ce moment-là », dit une source gouvernementale. Les textes stipulent en effet que tous les prêts de Synatom à Engie doivent être remboursés d’ici 2025.
  • La nouvelle loi donne à Synatom une mainmise ferme : à la place du directeur financier d’Engie-Electrabel, il y aura trois administrateurs indépendants et un organisme de surveillance qui présideront le comité d’audit : la Commission des provisions nucléaires (CPN).
  • Celle-ci révisera également le coût futur tous les trois ans : la question de savoir si les déchets seront évacués à 200 ou 400 mètres, ou même pas du tout sous terre mais dans un bâtiment qui sera démoli et reconstruit tous les 100 ans (comme le souhaite désormais Engie), détermine évidemment la facture finale. Le stockage souterrain est beaucoup plus coûteux. À la fin de cette année, l’estimation des coûts sera revue pour la première fois.
  • Et ce n’est pas tout : Engie-Electrabel ne pourra pas se contenter de verser des dividendes à Paris dans les années à venir. Sans l’approbation de la CPN, aucun dividende ne sera versé. « Cela semble abstrait maintenant, mais c’est peut-être la partie la plus importante du dossier nucléaire, qui est maintenant correctement réglementée », entend-on au cabinet Van der Straeten.

Ailleurs : le cordon sanitaire est encore resserré du côté francophone francophone.

  • Il était presque annoncé sur le trottoir, sur le point d’être expulsé des coalitions avec Ecolo et le PS : c’est dire la gravité du « péché mortel » que Georges-Louis Bouchez, le président du MR, avait commis en entamant un débat avec le président du Vlaams Belang, Tom Van Grieken, dans les studios de la VRT.
  • PS, Ecolo, mais aussi Les Engagés ont crié au loup : débattre avec l’extrême droite à la télévision ne se fait pas, en vertu du cordon sanitaire. Que toute la Belgique francophone regarde Emmanuel Macron débattre avec Marine Le Pen en France, et que le duel Bouchez-Van Grieken n’en soit qu’une pirouette : voilà une ironie qui n’a sans doute pas échappé non plus à Paul Magnette (PS), Jean-Marc Nollet (Ecolo) et Maxime Prévot (Les Engagés).
  • Mais le trio a persévéré : le cordon sanitaire devait être actualisé à la réalité d’aujourd’hui. C’est ce que le MR voulait alors aussi, mais en l’élargissant à l’extrême gauche. L’accord entre les 4 partis est finalement tombé hier après-midi. Un accord bancal.
  • D’abord, il renforce le cordon sanitaire médiatique contre l’extrême droite. Il est interdit d’avoir un débat avec l’extrême droite, que ce soit en Belgique francophone, ou en Flandre. De plus, les politiciens étrangers d’extrême droite, comme Le Pen ou Geert Wilders, ne sont pas non plus admis dans les studios en compagnie de politiciens belges francophones.
  • Le texte, de dix pages, est aussi adapté à la réalité des réseaux sociaux : désormais, les politiciens francophones ne seront plus autorisés à montrer sur les réseaux sociaux des extraits vidéos dans lesquels ils apparaissent aux côtés de l’extrême droite. Ce qu’a fait Thomas Dermine (PS) récemment, en postant une vidéo dans laquelle il passait un savon au politicien flamand Reccino Van Lommel (Vlaams Belang) lors d’un débat à la Chambre des représentants : ce n’est plus autorisé.
  • Georges-Louis Bouchez a demandé à ce que le cordon sanitaire s’étende à l’extrême gauche, au PTB, mais il est reparti les mains vides.
  • Les autres partis ne voulaient pas en entendre parler. « L’essentiel, c’est la lutte contre la banalisation de l’extrême droite », a répondu Rajae Maouane, coprésidente d’Ecolo, en balayant d’un revers de main la proposition de Bouchez, sur la RTBF.
  • Ironie du sort : le PTB, qui est un parti national, ne participera pas à ce cordon francophone. Le parti n’est pas signataire du texte et n’a d’ailleurs pas été invité. En outre, Raoul Hedebouw, président du PTB, doit aussi participer aux débats en Flandre et il veut pouvoir croiser le fer avec Van Grieken.
  • Donc : pas de cordon contre le PTB, mais aucune règle qui lie le PTB non plus. Dans Le Soir, Raoul Hedebouw se défend désormais : « La bataille de l’antifascisme, c’est nous. Je serai à Breendonk dimanche pour célébrer la victoire sur le nazisme. Mais je dis en même temps que nous sommes un parti national, et que nous allons juste affronter l’extrême droite en Flandre, pour récupérer des voix et arrêter le Vlaams Belang. »
  • « Et comme les médias du Nord n’appliquent pas le cordon, il y a deux options : soit on laisse le débat aux partis traditionnels et au Vlaams Belang, soit c’est le PTB qui se bat contre le Belang aux côtés des partis traditionnels. Il vaut mieux que nous soyons là », a justifié M. Hedebouw.
  • Bouchez a répondu avec un certain cynisme ce matin : « Alors Rajae Maouane, si le PTB peut débattre en Flandre contre l’extrême droite, pourquoi les autres ne peuvent pas ? Ne serait-ce pas un deux poids deux mesures ? Je suis certain que l’on va m’expliquer cette logique… »
Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20