La nouvelle vie d’un pilote de Cathay Pacific : cinq semaines confiné dans une chambre d’hôtel, puis deux semaines de libre

Hong Kong a des restrictions de voyage parmi les plus sévères au monde. Le mois dernier, 270 pilotes et membres du personnel de la compagnie nationale Cathay Pacific se sont retrouvés dans un sinistre camp de quarantaine du gouvernement parce qu’une poignée d’entre eux avait contracté le Covid-19 en Allemagne. En outre, 120 enfants ont été enfermés dans le camp. Ils n’ont pas été autorisés à quitter les lieux pendant 21 jours et ont dû limiter leurs contacts sociaux au strict minimum. Trois pilotes ont finalement été licenciés parce qu’ils avaient quitté leur hôtel à Francfort contre toutes les règles.

Pour survivre, la compagnie aérienne pourrait bientôt être obligée de déplacer son personnel à l’étranger afin de contourner les règles strictes de la quarantaine.

Hong Kong classe de nombreuses destinations, dont les États-Unis et la Grande-Bretagne, comme « à haut risque ». Cela signifie que les pilotes de Cathay transportant des passagers en provenance de ces endroits doivent passer deux semaines dans un hôtel en quarantaine.

200 jours dans une chambre d’hôtel

Afin de pourvoir ses vols en personnel, Cathay a commencé en février à établir des listes volontaires en « circuit fermé », enfermant les employés dans des chambres d’hôtel sans accès au monde extérieur pendant cinq semaines d’affilée avant de leur accorder deux semaines de congé.

Les pilotes ont également été contraints d’accepter une réduction de salaire de 50 %. Certains d’entre eux ont déjà passé 200 jours dans une chambre d’hôtel cette année. Le tribut physique et mental d’une telle existence devient insupportable pour beaucoup.

Les conditions s’améliorant ailleurs dans le monde, d’autres compagnies aériennes, dont Emirates et le transporteur de fret américain Atlas Air Worldwide Holdings, tentent de recruter des pilotes de Cathay.

Le statut de Hong Kong en tant que centre de fret également menacé

Cathay Pacific – comme la plupart des compagnies aériennes dans le monde – a immobilisé ses avions pendant une longue période au début de la pandémie. Mais contrairement à de nombreuses autres compagnies aériennes, la société est dépendante des vols long-courriers car elle n’a pas de marché intérieur. Son statut de centre de fret, dont dépend Cathay, est également menacé. Les règles strictes de Hong Kong en matière de quarantaine ont incité FedEx à fermer sa base pilote dans la ville. Ce qui souligne la perte d’attrait de la région en tant que centre logistique majeur.

Une perte en année pleine est donc à nouveau attendue pour 2021 (mais peut-être moins que les 2,8 milliards de dollars de 2020).

Le nombre de passagers est en baisse de 97 % en octobre 2021 par rapport à octobre 2019. Tout cela signifie que Cathay devra encore réduire son programme pour le mois de décembre, un mois où les étudiants se rendent habituellement à Hong Kong et où les expatriés partent pour Noël.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20