La démocratie américaine est-elle en danger pour les élections de 2022 ?

Au moins un tiers des quelque 700 républicains qui ont déclaré leur candidature à la Chambre des représentants ou au Sénat pour les élections de mi-mandat de 2022 font la promotion des fausses déclarations de Donald Trump. Plus de 136 d’entre eux sont déjà au Congrès et ont refusé de ratifier la victoire de Biden au collège électoral le 6 janvier.

Pourquoi est-ce important ?

Six mois après le triste spectacle qui a vu une foule de partisans de Trump prendre d'assaut le Capitole pour tenter de "mettre fin au vol" ("Stop the Steal") - et malgré le fait qu'il n'existe aucune preuve crédible de fraude électorale généralisée - l'appareil du parti républicain reste captivé par l'idée que la dernière élection était illégale, que les démocrates ont gagné en trichant et que les règles électorales doivent être modifiées pour empêcher toute fraude future.

Cela pourrait avoir de grandes conséquences selon le Washington Post : « Des dizaines de candidats qui défendent l’idée non fondée que l’élection a été truquée briguent des postes importants, comme ceux de gouverneur, de procureur général et de secrétaire d’État. S’ils y parviennent, ils se verront confier le pouvoir d’organiser et de contrôler l’élection. Cela dans des États où Trump et ses alliés tentaient d’annuler les résultats et de garantir son retour à la Maison Blanche. »

Plus de 200 projets de loi ont déjà été présentés cette année pour modifier les règles électorales dans les États américains ; 24 d’entre eux sont déjà entrés en vigueur.

Le GOP et les partisans de Trump : un circuit hermétique

Trump, quant à lui, reste la figure la plus populaire du parti républicain. Il agit comme un « roi en exil ». L’ex-président a menacé à plusieurs reprises de se mettre à dos ceux qui ne souscrivent pas à ses affirmations. En soutenant les personnes qui défendent les revendications lors des primaires. Trump peut en outre compter sur le soutien des militants, des généreux donateurs, des élites républicaines élues et de l’écosystème médiatique conservateur.

Plus que jamais, ce système est un circuit fermé dans lequel les faits alternatifs et les complots purs et simples peuvent prospérer sans être perturbés. Il y a à peine vingt ans, 47 % des républicains faisaient confiance aux grands médias, selon les données de l’institut de sondage Gallup. Aujourd’hui, ce chiffre est à peine de 10 %. Ce qui est peut-être plus troublant, c’est que 46 % des partisans de Trump ont jugé approprié que les législateurs républicains annulent les résultats dans les États remportés par Biden, selon une étude récente du politologue Lee Drutman.

Il existe également un système parallèle au sein du parti démocrate. Mais cela ne s’est pas encore traduit par un rejet généralisé des résultats électoraux défavorables.

« Ce qui est vraiment effrayant en ce moment, c’est l’ampleur des tentatives de vol de pouvoir sur les futures élections », déclare Jena Griswold (D), secrétaire d’État du Colorado. « C’est ce que nous constatons dans tout le pays. Littéralement, dans presque tous les swing states, nous avons quelqu’un qui se présente au poste de secrétaire d’État en répandant la peur de l’élection de 2020 ou en étant présent lors de l’émeute [du 6 janvier]. En 2022, la démocratie sera sur le bulletin de vote. »

Pour aller plus loin:

Plus
My following

Analyse boursière: Kempen à l'achat pour Galapagos

07/12/2021 08:14

(ABM FN) L'action Galapagos mérite à nouveau d'être achetée. C'est l'avis de l'analyste Alex Cogut de la banque d'investissement Kempen.

Cogut souligne que la valorisation boursière de l'action est 2 milliards d'euros en dessous des liquidités de l'entreprise. "Et à l'instar du reste du secteur de la biotechnologie, je pense que l'action a atteint son point bas", a déclaré l'analyste à ABM Financial News.

Lire plus...
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20