La Belgique s’apprête à dire adieu à ses bons vieux C-130 Hercules après 50 ans de service

Entrés en service en 1972, les C-130 sont indissociables de nombreuses missions de la composante Air de l’Armée belge, et leur silhouette est reconnaissable entre mille pour le grand public. Les derniers en service vont survoler tout le pays en formation le 17 décembre prochain pour un dernier adieu avant la retraite.

C’est d’abord un des plus grands succès de l’ingénierie aérienne américaine. Le C-130 Hercules de Lockheed est entré en service en 1956, quand l’US Air Force, après le blocus de Berlin et le pont aérien, a voulu moderniser sa flotte de transporteurs. Il lui fallait un engin fiable, capable de transporter 64 parachutistes, de décoller et d’atterrir sur des pistes rudimentaires, et de fonctionner avec un moteur hors d’usage.

Hercules, celui qui sait tout faire

L’avion remplit non seulement tout le cahier des charges, mais il s’avère tellement fiable qu’il se retrouve décliné en de très nombreuses versions pour remplir quantité d’autres missions, de l’attaque des convois au Nord-Vietnam, à l’atterrissage dans l’Arctique sur des skis, en passant par l’appontage sur porte-avion, la veille radar, et toutes les opérations de déploiement rapide ou d’évacuation menées par les États-Unis jusqu’à nos jours ou presque. Il existe même en version civile pour le transport de frets, et en version bombardier d’eau pour la lutte contre les incendies. Il a bien mérité sa réputation d’avion qui ne recule devant aucun travail. Plus de 2 200 Hercules ont été produits, et ils ont servi dans une cinquantaine de pays.

Il entre en service en Belgique en 1972, notre pays achetant 12 appareils qui deviendront très vite emblématiques de notre force aérienne : le « Mighty Herc » est une silhouette connue, et pas que dans les environs de Zaventem ou de Kleine-Brogel. L’avion est de toutes les missions de déploiement de troupes, mais aussi d’évacuation de ressortissants civils et, surtout d’opérations humanitaires. Le C-130 apparait très régulièrement dans des reportages à la télévision.

Une figure familière en Belgique

Mais après 50 ans sous les cocardes belges, le vieux héros va prendre sa retraite : l’aviation belge, qui possède encore 10 Hercules, les remplace progressivement par des A400M d’Airbus. Les derniers quitteront le service à la fin de cette année. Pour leur rendre un dernier hommage, la composante Air de l’Armée belge leur offre une dernière mission. Le vendredi 17 décembre prochain, les derniers C-130 survoleront tout le pays en formation.

« En décembre 2021, notre pays fera ses adieux à une véritable icône. Après près de 50 ans de bons et surtout d’intenses services, le C-130 Hercules de notre Force aérienne Belge dépose ses ailes. Cet adieu ne peut et ne doit pas passer inaperçu. C’est pourquoi vous avez la possibilité de faire des adieux appropriés au « Mighty Herc ». Le vendredi 17 décembre, ce sera le jour-j, car il y aura un véritable « Farewell Flight » au-dessus de toute la Belgique. Ce jour-là, le « vol d’adieu » passera par un certain nombre de sites belges tels que l’Atomium, la Côte, … et il rendra également un dernier hommage aux unités de la Force aérienne ainsi qu’à certains aérodromes civils et militaires » peut-on lire dans un communiqué publié sur la page Facebook de l’aviation nationale.

Nul doute que nombreux seront les Belges qui passeront la journée la tête dans les nuages, à guetter un avion qu’ils ont piloté ou entretenu pour certains, aperçu à Zaventem ou à la télévision pour beaucoup d’autres et même, pour les plus jeunes, possédé en version jouet.

Copyright : Facebook – Belgian Air Force
Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20