JP Morgan: « Les prix du pétrole pourraient grimper à 150 dollars le baril »

Les prix du pétrole vont continuer d’augmenter, selon la grande banque américaine JP Morgan. Elle pense que les prix du Brent pourraient grimper à 150 dollars le baril en 2023, à mesure que l’OPEP+ resserre les rênes du côté de l’offre, défendant des prix plus élevés.

Pourquoi est-ce important ?

Les prix du pétrole ont chuté vendredi suite à l'émergence du variant Omicron du coronavirus. Qu'en sera-t-il par la suite ?

Le mouvement des prix à cause d’Omicron ? « Une réaction excessive »

Le principal moteur des prix du pétrole est le mécanisme entre l’offre et la demande. Et tandis que le variant Omicron du coronavirus vendredi a fait chuter les prix du pétrole dans le rouge (les investisseurs craignaient que des blocages potentiels ne réduisent les voyages et par conséquent la demande de pétrole), JP Morgan considère cette évolution des prix comme une réaction excessive.

« Nous pensons que le marché surestime l’impact de l’émergence récente du variant Omicron du Covid-19 sur les prix du pétrole pendant la période des fêtes aux États-Unis », a déclaré JP Morgan dans une note publiée lundi. La banque d’investissement estime qu’il y aura peu ou pas de ralentissement du trafic de vacances, même si Omicron se propage.

L’offre reste le moteur

Comme la demande de pétrole devrait rester stable, l’offre sera le principal moteur des prix du pétrole dans les années à venir. Et avec un OPEP+ « fermement aux commandes des prix du pétrole », JP Morgan s’attend à ce que le Brent atteigne 120 dollars le baril l’année prochaine. En 2023, le prix pourrait même grimper à 150 dollars le baril, ce qui représente une tendance potentielle à la hausse pouvant atteindre 100 % par rapport aux niveaux actuels.

« Nous pensons que l’OPEP+ défendra le prix du pétrole avec une croissance des volumes rythmée pour maintenir les stocks bas, les marchés en équilibre et réservoirs bien gérés », a expliqué JP Morgan.

Peu d’impact américain

Une offre accrue de producteurs de pétrole américains pourrait théoriquement contribuer à faire baisser les prix du pétrole, mais le nombre de plates-formes pétrolières américaines est environ la moitié de ce qu’il était en 2019. Les investissements dans le secteur ont également été assez lents depuis que les prix du pétrole sont brièvement tombés dans le rouge suite au déclenchement de la pandémie en 2020.

Dans la pratique, la libération de réserves pétrolières stratégiques par l’administration Biden a eu peu d’impact sur les prix du pétrole. Cela a sauté aux yeux la semaine dernière, lorsque le gouvernement américain a inondé le marché de 50 millions de barils de pétrole, souligne Business Insider.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20