‘Hausse des infections dans presque toutes les provinces et tous les groupes d’âge’

Le Centre de crise a fait le point sur la situation épidémiologique dans notre pays, lors d’une conférence de presse organisée ce mercredi. Les chiffres augmentent à nouveau à Bruxelles et Anvers, notamment.

Durant la semaine du 30 août au 5 septembre, le nombre de nouvelles infections au coronavirus a atteint une moyenne de 502,1 par jour. Cela représente une augmentation de 13% par rapport à la semaine précédente. ‘Ces chiffres confirment la tendance à la hausse dans laquelle nous nous trouvons. Nous le constatons dans presque toutes les provinces et dans tous les groupes d’âge’, a déclaré le porte-parole interfédéral Boudewijn Catry.

Il n’y a que dans le Brabant flamand, à Liège et Namur que les chiffres continuent de baisser. Dans les autres provinces, le nombre de cas identifiés est en augmentation, avec des pics en Flandre orientale (+33%) et dans le Brabant wallon (+31%). À Bruxelles, 132 nouveaux cas ont été détectés ce qui représente une hausse de 13%. Anvers, le Limbourg et la Flandre-Occidentale affichent également une augmentation du nombre d’infections.

Vigilance

Au total, 89.141 Belges ont déjà été officiellement infectés par le coronavirus, selon les chiffres de l’institut de santé Sciensano. ‘Il reste important de se protéger contre l’infection. Le virus frappe encore’, a répété le porte-parole interfédéral.

‘Le nombre de nouvelles admissions à l’hôpital est encore limité. Une augmentation ne serait toutefois pas inattendue’, a ajouté le porte-parole Yves Stevens. ‘Nous ne pouvons pas être laxistes. Nous devons rester vigilants. Personne ne peut ni ne doit être indifférent’, a-t-il poursuivi, et annonçant qu’une autre conférence de presse aura lieu vendredi. Il était pourtant prévu de ne dorénavant plus faire qu’un seul point presse par semaine, le mercredi.

AstraZeneca

La suspension temporaire des essais cliniques du vaccin potentiel de la société pharmaceutique britanno-suédoise AstraZeneca a également été abordée. Un sujet test aurait développé une réaction inattendue. ‘Un comité indépendant doit enquêter afin de déterminer si les effets secondaires sont accidentels. Cela montre qu’un vaccin ne sera mis sur le marché qu’une fois qu’il sera sûr’, a-t-il conclu.