Groen ne parvient pas à trouver un candidat du consenssus et se prépare à un affrontement entre deux camps pour la présidence

Les membres de Groen connaitront le 2 mai à minuit, du mardi au mercredi, leurs candidats à la présidence. Il est déjà clair dans les couloirs que la tentative d’obtenir un candidat de consensus, dans laquelle le directeur politique Bogdan Vanden Berghe (Groen) a été proposé comme nom, a échoué. Et donc, plus que probablement, il y aura une bataille ouverte entre deux camps : l’un autour du député flamand Jeremie Vaneeckhout (Groen), qui a le soutien implicite de la présidente sortante Meyrem Almaci (Groen). L’autre camp, celui des « réformateurs », qui veut un vent complètement différent après Almaci, et qui doit choisir son candidat ce week-end : à peu près tout le monde penche pour Wouter De Vriendt (Verts) ou son « pote » Kristof Calvo (Verts). L’un des deux entrera dans la course.

Dans l’actualité : « Je vais bien réfléchir ce week-end, mais ça me démange de peser beaucoup plus pour mon parti et ce pays », a déclaré un Kristof Calvo largement souriant aux micros de Villa Politica.

Les détails : Björn Rzoska (Verts), le dernier challenger d’Almaci, se retire de la course, laissant la place au « camp des réformes ».

  • Alors que le CD&V se donne encore quelques semaines pour trouver un « candidat du consensus  » pour la présidence de Groen, c’est clair : un tel candidat n’existe pas. Ce sera une course ouverte.
  • Cependant, l’état-major du parti a tenté de s’unir derrière un seul homme après que Meyrem Almaci a annoncé le 23 mars qu’elle allait passer le flambeau. « Il y a eu une longue et profonde discussion à ce sujet, mais nous n’en sommes pas sortis avec un accord. Ça ne doit pas se transformer en une mauvaise chose, nous sommes prêts en tant que parti à proposer une élection mature », déclare aujourd’hui Björn Rzoska, chef de groupe au Parlement flamand et l’un des leaders du parti.
  • Un nom important disparaît immédiatement de la scène : le directeur politique du parti et ancien directeur de 11.11.11 Bogdan Vandenberghe. Il a été amené au parti en 2019 où il a obtenu la troisième place sur la liste parlementaire à Anvers, mais en raison du score décevant de Groen, il n’a pas été élu. Il a ensuite été repêché comme directeur politique, mais il était particulièrement désireux de devenir désormais la figure de ce fameux consensus. Une tentative qui a échoué.
  • Celui qui ne se présente pas non plus, c’est ce même Rzoska, dont le nom a été divulgué ce matin dans Het Nieuwsblad. C’est un peu une surprise, car beaucoup le considéraient comme un candidat sérieux. Il s’en explique : « Je veux surtout me concentrer sur mon travail de chef de groupe maintenant. Je veux continuer à me battre contre le gouvernement flamand avec tout le groupe, également dans les années à venir. Nous devons offrir une alternative pour la Flandre, au lieu de la lamentable équipe de Jambon. »

Ce qui a précédé : Une division interne amère qui s’est intensifiée juste après la formation de la Vivaldi.

  • C’est ce même Rzoska qui a perdu de justesse la dernière élection interne en 2019, contre Almaci. Elle l’a emporté de très peu pour la deuxième fois, après sa première élection contre Elke Van den Brandt, qui a également été un suspense.
  • Mais alors que beaucoup s’attendaient à ce que l’Anversoise dirige son parti avec plus de consensus après sa réélection, la direction du parti et les groupes politiques sont restés déçus. Au cours des mois de négociations pour un gouvernement fédéral, Almaci a laissé peu de marge de manœuvre et, à la grande frustration de Kristof Calvo et de beaucoup d’autres, a montré peu d’enthousiasme pour participer au gouvernement.
  • Lorsque les ministres ont finalement dû être nommés à l’automne 2020, la bombe a éclaté. Ce n’est pas Calvo, mais Petra De Sutter (Groen) qui est devenue vice-première ministre au sein de la Vivaldi. Ce n’est pas le choix de De Sutter, qui bénéficie d’un large soutien interne, mais la manière dont ce choix a été fait, qui a entraîné une forte tension autour de la présidente. S’en est suivi un isolement dont Almaci ne s’est jamais vraiment remise. Le mécontentement dans les fractions du Parlement flamand et de la Chambre était très élevé.
  • Sous forte pression selon beaucoup, de son propre chef selon elle-même : Almaci a décidé de démissionner au mois de mars. En interne, cela fait des mois qu’on en discute. Mais comme le dossier de la sortie du nucléaire n’avait pu être réglé, la présidente n’a cessé de repousser sa sortie : elle voulait d’abord terminer le boulot, ce qui a été fait en mars suite à un accord sur le nucléaire. Almaci a fait ses adieux le week-end dernier, sans révéler trop de vieilles frustrations.

L’essentiel : une course qui pourrait laisser des traces est lancée.

  • Il est clair que la tâche du nouveau président sera de panser les vieilles blessures : la prudence dont tout le monde fait preuve actuellement est révélatrice. Mais en même temps, il est difficile de ne pas observer comment les prétendants se positionnent.
  • L’un d’entre eux se dirige clairement vers la présidence : Jeremie Vaneeckhout, actuellement membre du Parlement flamand, mais qui a déjà été vice-président d’Almaci entre 2014 et 2019. Bien qu’elle ne s’exprime pas ouvertement, il est clair qu’elle mise sur Vaneeckhout.
  • L’écologiste ne doit pas pour autant être considéré comme le « candidat Almaci », il est trop indépendant pour cela. Vaneeckhout a également une analyse intéressante pour son parti, relatée dans un livre récemment publié : Vergeten land (Le pays oublié). Il y affirme que le 26 mai 2019 était en fait un dimanche noir, partout dans les campagnes flamandes le Vlaams Belang a percé. Pour Groen, plutôt un parti urbain, il formule l’ambition de ne pas oublier spécifiquement ces habitants ruraux, mais de se battre pour leurs intérêts.
  • Et pourtant, il sera difficile pour Vaneeckhout de se défaire de l’image selon laquelle, après huit ans de règne continu d’Almaci, il n’est pas la continuation de son héritage. Il s’agira donc de gagner quelques appuis ou soutiens publics au sommet également.
  • Dans l’autre camp, la décision de Rzoska a joué un rôle important. Ces dernières années, le chef du groupe flamand a été l’un des rares à remettre ouvertement en question la stratégie et la position de négociation de la présidente sortante : il est donc tout sauf dans la lignée Almaci.
  • Mais c’est précisément ce qui mine sa possible candidature aujourd’hui, selon sa propre estimation : « Bien sûr, mes supporters m’ont demandé de le faire et d’être candidat. Mais nous avons besoin de quelqu’un qui puisse se démarquer. Ces dernières années, la diversité interne a beaucoup augmenté, mais aujourd’hui, cette unité est importante. Bien sûr, ces dernières années, j’ai parfois pensé que les choses devaient se dérouler différemment, dans la perception qui a fait partie de cette division. »
  • Rzoska se situe très clairement dans le camp des « réformateurs », ceux qui voulaient un changement au sommet. Avec sa sortie, il laisse la voie libre à un candidat unique issu du coin des réformateurs.

Deux noms deviennent alors évidents, avec un favori : Wouter De Vriendt ou Kirstof Calvo.

  • Ce qui est déjà certain, c’est qu’il n’y aura pas de « guerre fratricide » avec Groen. « Je vais y réfléchir longuement ce week-end, ça me démange de faire plus pour mon parti et ce pays. Ce n’est pas encore fait, mais j’y pense. La réunion de famille est prévue, et je suis très curieux des projets des autres candidats », a déclaré Calvo avec des étoiles dans les yeux à Villa Politica, hier.
  • L’analyse de Calvo n’a pas changé : selon lui, un parti vert a « un énorme potentiel en Flandre ». Il veut s’adresser au plus grand nombre, une idée de base qui se trouve également dans son livre « Fuck de zijlijn » (Fuck les lignes de touches). Mais cela doit se faire de manière positive : « Nous ne devons pas démolir la Vivaldi, mais lui donner un coup de pouce », a-t-il déclaré hier.
  • Il a également fait explicitement référence à l’actuelle vice-première ministre, qui après deux ans au gouvernement a acquis un statut énorme au sein du parti : Petra De Sutter. Son soutien, public ou en coulisses, pourrait bien être très décisif plus tard dans la course. « C’est un secret de polichinelle que Petra ferait une bonne présidente, mais elle veut continuer son travail. Et Wouter De Vriendt ferait aussi très bien l’affaire », a déclaré M. Calvo.
  • « Les pourparlers sont en cours, ce qui indique une bonne compréhension et une transparence au sommet. On en parlera beaucoup ce week-end », c’est tout ce que De Vriendt a voulu dire sur le sujet. Mais ce sera l’un ou l’autre, confirment plusieurs sources.
  • Au demeurant, en 2020, Calvo a déjà transmis la direction du groupe parlementaire à De Vriendt, qui a volontiers assumé ce rôle et le remplit aujourd’hui. On pourrait ainsi comprendre qu’il n’a pas tant besoin de la présidence : il a déjà sa scène et son travail.
  • Car la question qui joue un rôle pour Calvo est la suivante : n’est-il pas temps, après avoir été une éternelle promesse, qu’il devienne le leader clair du parti ? Aux Pays-Bas, où il a rejoint Groen-links après avoir manqué son ministère, il a appris à connaître Jesse Klaver, le chef du parti, et son modèle de communication stratégique.
  • Calvo a l’ambition de l’appliquer en Belgique. Et personne ne peut nier que Calvo est de loin le membre le plus médiatisé de son parti, après les ministres peut-être : il « accroche » bien à la télévision et à la radio. Bien qu’en Flandre, il fait aussi face à un solide groupe qui ne nourrit pas que de la sympathie pour lui.
Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20