Folie boursière : le casino Tesla

Lorsque les banques centrales inondent les marchés financiers d’argent gratuit pendant des années, des choses étranges se produisent. C’est particulièrement évident sur le marché boursier. En 135 ans d’histoire de l’industrie automobile, un phénomène remarquable est en train de se produire. La déconnexion totale des données fondamentales et de la valorisation boursière. Le protagoniste en est Tesla, l’entreprise automobile d’Elon Musk, qui, malgré des bénéfices miniatures, peut se targuer d’une capitalisation boursière totalement surdimensionnée.

On a déjà beaucoup écrit sur la valeur boursière. Avec celle de Tesla, vous auriez pu acheter deux fois Toyota, Volkswagen, Daimler, General Motors et Ford mardi matin. Ces entreprises ont généré un bénéfice avant impôt (EBIT) de 40 milliards d’euros en 2020. Tesla en a gagné 1,9 milliard. Sur ce montant, 1,6 milliard de dollars, soit environ 84 %, ne provenaient pas de la vente de voitures, mais de l’échange de droits d’émission de CO2.

Rien de tout cela n’est nouveau. Tesla est un excellent produit, le marché boursier se nourrit d’émotions brutes et se tourne vers l’avenir. Il aime calculer audacieusement des bénéfices futurs hypothétiques. En période d’abondance de liquidités, les constructeurs de véhicules électriques bénéficient également d’un certain effet de halo sur le marché boursier. Par exemple, Rivian et Lucid valent déjà respectivement environ 110 et 90 milliards de dollars. Alors qu’elles ne produisent pratiquement aucun véhicule, et qu’elles ne génèrent aucun revenu ni bénéfice.

Anthony Bear/Sipa USA/Isopix

Une folie encore plus grande a lieu en dehors des marchés boursiers

Mais une folie encore plus grande se déroule en dehors des marchés boursiers. Dans un article intitulé The Tesla financial complex, le Financial Times révèle qu’en plus du commerce traditionnel des actions de la société d’Elon Musk, il existe également un commerce spéculatif florissant. Il s’agit de warrants et d’autres produits Tesla hautement spéculatifs.

  1. Selon les calculs de Goldman Sachs, la valeur commerciale nominale des options Tesla au cours des dernières semaines a atteint en moyenne 241 milliards de dollars par jour. En comparaison, Amazon est le deuxième marché d’options sur actions le plus actif. Au cours de la même période, la société fondée par Jeff Bezos a généré une valeur quotidienne de 138 milliards de dollars. Mais voilà : le reste de l’indice S&P 500 – c’est-à-dire les 5.000 plus grandes entreprises américaines cotées en bourse – ne dépasse pas une valeur nominale quotidienne combinée en options de 112 milliards de dollars. Cela signifie que la valeur de toutes les options Tesla négociées est supérieure de 115% à la valeur des options négociées par toutes les autres sociétés du S&P 500 réunies.
  2. Le marché des options Tesla – qui est plus de 60 fois plus actif que l’ensemble du FTSE 100 et 7 fois plus important que le marché des options de l’Eurostoxx50 – a contribué à ce que le volume des échanges d’options américaines dépasse cette année le volume réel des échanges d’actions. C’est absolument unique dans l’histoire des marchés financiers mondiaux.
  3. Ceux qui parient contre Tesla perdent : les hedge funds qui ont tenté de gagner de l’argent en court-circuitant Tesla au cours de la dernière décennie – en d’autres termes, en spéculant sur une chute du cours de l’action – se retrouvent avec une perte combinée de plus de 60 milliards – dont 11 milliards de dollars pour la seule année 2021. En conséquence, le nombre d’actions Tesla prêtées pour la vente à découvert est passé de 20% au début de 2020 à seulement 3,3% aujourd’hui.

La banque gagne toujours

La morale de l’histoire ? Le temps nous le dira, mais ce casino boursier a un point commun avec les casinos traditionnels : toute série de gains a une fin et la banque gagne toujours. Les actions Tesla sont peu affectées par les autres tendances du marché et de l’économie. Elles présentent une certaine corrélation avec le bitcoin, selon une analyse de Quant Insight. Ce qui augmente les chances que les livres d’histoire mentionnent un jour Tesla comme l’une des tulipes des premières décennies du XXIe siècle.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20