Fini la culture du jetable : la Suède introduit des déductions fiscales pour les réparations

En Suède, les consommateurs vont pouvoir demander des déductions fiscales s’ils font réparer leurs objets, rapporte The Guardian. Le pays veut ainsi rendre son économie plus durable et lutter contre la culture du « tout à la poubelle », a annoncé Per Bolund, ministre suédois des Marchés financiers et de la Consommation.

Les réductions de TVA en cas de réparations concernent un large éventail de produits. Les allégements fiscaux devraient décourager le consommateur de passer à l’achat d’un produit neuf lors du moindre petit défaut sur un objet qu’il possède déjà. La TVA sur le prix de réparations de vélos, de vêtements et de chaussures baissera ainsi de 25 à 12%.

Même la moitié des coûts inhérents aux travaux de réparation pourraient être récupérée sur la taxe aux revenus. « Nous pensons que cette mesure pourrait réduire le coût des réparations », a déclaré le ministre. La réparation d’objets comme des vélos ou des lessiveuses, et même des vêtements, sera dès lors un comportement économique rationnel, a-t-il précisé.

Immigrés

Per Bolund, membre du Parti Vert, estime que ces interventions vont faire diminuer le prix des réparations de 12,5% en moyenne. Ce gain est selon lui suffisant pour stimuler l’industrie nationale de la réparation. Cette mesure doit aussi limiter la consommation de matières premières.

Selon le gouvernement suédois, composé d’une coalition  de sociaux-démocrates et de verts, cette initiative devrait aussi stimuler la création d’un nouveau secteur économique composé d’ateliers à domicile qui pourraient effectuer toutes sortes de réparations.

Selon Bolund, cela permettra d’aboutir á la création d’emplois pour des personnes peu instruites ou n’ayant pas de formation spécifique. Via ces travaux de réparation, les immigrés pourraient trouver une possibilité de développer une activité professionnelle et ainsi obtenir un revenu, a ajouté le ministre.

 

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20