Existe-t-il une crise de la quarantaine ?

Selon une étude récente de deux économistes de l’Université de Warwick en Grande-Bretagne et du Collège Dartmouth aux États-Unis, il existe bel et bien une crise de la quarantaine. Durant leur sondage auprès d’1,3 millions de personnes au sein de 51 pays, les chercheurs ont constaté que les personnes expérimentent un déclin mesurable du bonheur à partir de la trentaine, celui-ci se poursuivant jusqu’à 50 ans, âge à partir duquel les personnes commencent à se sentir satisfaites.Cependant, tout le monde n’est pas d’accord avec les conclusions de cette étude. Pour les psychologues, la crise de la quarantaine n’existe tout bonnement pas. Selon Susan Krauss Whitborne, professeur de psychologie à l’Université du Massachusetts, la crise de la quarantaine est plutôt un effet secondaire général de l’âge adulte contemporain.Mais les économistes Andrew Oswald et David Blanchflower n’en démordent pas, il y a bien une crise de la quarantaine. Leurs résultats sont assez simples : même si l’on considère le statut de l’emploi, le mariage, la richesse, la race, le genre, l’éducation et la parentalité, les répondants ont tendance à faire part d’une diminution de leur satisfaction au fil des décennies. En d’autres termes, la vie est géniale pour les jeunes de 20 ans mais l’est moins pour les personnes 30 ans et pour celles âgées de 40 à 50 ans. Ce phénomène s’observe tant chez les femmes que chez les hommes.Malgré cela, les chercheurs ne savent pas vraiment comment cela affecte l’emploi des personnes, leur mariage ou encore leur activité économique.

Priorités

Selon Susan Krauss Whitborne, cependant, le phénomène de la crise de la quarantaine est un mythe dont la manifestation peut être attribuée à d’autres causes. « Les personnes passent par des périodes d’auto-évaluation, mais ce n’est pas lié à l’âge. Si l’un de vos proches décède et que vous commencez à penser à la façon dont la vie est limitée, est-ce une crise de la quarantaine ? Ou est-ce simplement une saine réévaluation de vos priorités? « , s’interroge la psychologue.Cette introspection nous mène souvent vers un redéploiement de nos priorités personnelles. Il s’agit également d’une période de la vie où la plupart des personnes se marient, forment des familles, obtiennent des prêts hypothécaires ou subissent des chocs non planifiés comme le divorce ou le chômage. Selon Whitborne, tous ces événements peuvent avoir un impact important sur la santé mentale humaine.Mais ces phénomènes ne sont pas directement liés à l’âge et ne peuvent donc pas être décrits comme une crise de quarantaine, laisse entendre la psychologue américaine.

Plus
My following
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20