En France, les publicités automobiles devront faire la promotion… des autres moyens de mobilité

À l’image de la mention « éviter de manger trop gras, trop sucré, trop salé » pour les publicités alimentaires, les annonceurs devront promouvoir la mobilité active, du covoiturage ou des transports en commun dans leurs publicités pour des véhicules motorisés.

Il y a du changement dans l’air pour les publicités chez nos voisins français. À compter du 1er mars 2022, les publicités pour des véhicules à moteur devront faire la promotion d’autres moyens de transport plus verts. Une obligation décidée par le ministère de la Transition écologique qui vaudra autant pour les publicités diffusées à la radio, à la télévision, au cinéma que sur Internet et sur les panneaux et supports publicitaires imprimés.

Ils devront tous afficher l’un des messages suivants : « Pour les trajets courts, privilégiez la marche ou le vélo », « Pensez à covoiturer » ou « Au quotidien, prenez les transports en commun ». Ces messages seront accompagnés du hashtag #SeDéplacerMoinsPolluer, à l’exception des spots publicitaires diffusés à la radio.

En cas de manquement, l’annonceur s’expose à une mise en demeure et à une sanction pécuniaire pouvant s’élever jusqu’à 50.000 euros par diffusion s’il ne se met pas en conformité avec l’arrêté publié dans le journal officiel ce mercredi 29 décembre.

Classe d’émission de CO2

De leur côté, les constructeurs automobiles seront également tenus de faire figurer la classe d’émissions de CO2 des véhicules dont ils font la promotion, comme le préconise une nouvelle loi votée en avril dernier par les députés français, dans le cadre de la loi climat.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20