Deutsche Bank prévoit un choc des générations en 2030: ‘Les personnes nées après 1980 veulent une redistribution des richesses’

Isopix

L’Europe occidentale, le Japon et les États-Unis devront se préparer, vers 2030, à une confrontation sociale entre les couches les plus âgées de la population et celles qui auront 50 ans ou moins, affirme l’équipe dirigée par Jim Reid, célèbre stratège en investissement de la Deutsche Bank à Londres.

Il s’agit de l’une des principales prévisions formulées dans ‘The age of disorder’, une étude de la Deutsche Bank qui s’est intéressée aux grandes tendances sociales à long terme.

Cet ‘âge du désordre’ a déjà commencé, selon Reid et ses collaborateurs qui citent notamment le Brexit et la présidence américaine sous Donald Trump. Selon les stratèges de la Deutsche Bank, la crise du coronavirus a entraîné la fin précipitée de l’ère précédente (1980-2020), au cours de laquelle la mondialisation était la tendance dominante.

Les investisseurs, et par extension la société dans son ensemble, doivent se préparer à des années chahutées, avec des problèmes climatiques, une rivalité persistante entre les États-Unis et la Chine et des tensions intergénérationnelles.

Glissement politique

De nombreux millennials, la génération née dans les années 80, et les couches encore plus jeunes de la population se rendent aujourd’hui compte que la prospérité est faussée, d’où le raisonnement de Reid et son équipe. Par exemple, il est devenu plus difficile pour les jeunes d’acheter leur propre maison par rapport à l’époque de leurs parents ou leurs grands-parents. Et il y a une réelle chance pour que leur situation financière ne s’améliore guère au cours des années à venir, surtout si la crise du coronavirus se prolonge. Cette situation menace de creuser l’écart de prospérité entre les ‘riches’ plus âgés et les ‘pauvres’ plus jeunes.

‘Cela pourrait conduire à un glissement politique à partir d’un certain moment’, prédisent les stratèges en matière d’investissement de la Deutsche Bank. ‘Dans les grands pays industrialisés, à partir de 2030, le nombre d’électeurs des jeunes générations qui se sentent défavorisés sera plus important que celui des générations plus âgées. Dans des pays comme les États-Unis, ce point de basculement se produira même quelques années plus tôt.’

Source: Deutsche Bank

Taxes

Selon la Deutsche Bank, le changement de l’équilibre du pouvoir électoral pourrait amener les gouvernements à décider des mesures de redistribution en faveur des millennials, qui auront alors la quarantaine ou la cinquantaine en 2030, et des jeunes générations. Les plus âgés devront en payer le prix. Cela pourrait mener à:

  • Moins de protection des revenus des retraités.
  • Un impôt sur le revenu plus élevé.
  • Un impôt plus élevé sur les biens immobiliers et le capital.
  • Des droits de succession plus élevés.
  • Moins de résistance contre une inflation élevée, car celle-ci avantage ceux qui doivent encore rembourser leurs dettes.
Alexandria Ocasio-Cortez et Bernie Sanders. – EPA

La grande question est de savoir si les soixantenaires, septentenaires et octogénaires accepteront tout cela en 2030. ‘Les générations plus âgées pourraient devoir se contenter d’une croissance plus faible – voire négative – de leur richesse’, avertissent Reid et ses collaborateurs.

‘Que tout cela soit « bon » ou « mauvais » n’est pas la question’, ajoute les chercheurs qui cherchent à garder l’église au milieu du village. ‘En tout état de cause, il est clair qu’il y aura une rupture majeure avec le statu quo, ce qui entraînera beaucoup plus de désordre que durant l’ère précédente de la mondialisation’, conclut l’étude.

Lire aussi: