Les marchés:
Markten inladen...

VENDREDI 28 FéV

Business 24/7

Zoeken
scrollTop top

BILD : “La Deutsche Bank n’est pas parvenue à trouver un accord avec les Américains”

Logo Business AM

10/10/2016 | Audrey Duperron | 4 min de lecture

Les pourparlers entre la Deutsche Bank et le ministère américain de la Justice (DOJ) n’ont abouti à rien, écrit le journal allemand Bild am Sonntag. John Cryan (photo), le CEO de la Deutsche Bank, était vendredi à Washington, où il a essayé de négocier un accord pour réduire de plusieurs milliards de dollars l’amende que le ministère de la Justice a infligé à la banque. Mais en vain, selon Bild.

Les pourparlers entre la Deutsche Bank et le ministère américain de la Justice (DOJ) n’ont abouti à rien, écrit le journal allemand Bild am Sonntag. John Cryan (photo), le CEO de la Deutsche Bank, était vendredi à Washington, où il a essayé de négocier un accord pour réduire de plusieurs milliards de dollars l’amende que le ministère de la Justice a infligé à la banque. Mais en vain, selon Bild.

Le ministère de la Justice accuse la banque d’avoir octroyé des prêts hypothécaires douteux, qui ont mené à la crise financière de 2008, et il l’a condamnée à payer une amende de 14 milliards de dollars.  Il s’agit d’une première proposition qui sera renégociée, et le montant final devrait être beaucoup plus faible. Mais les analystes s’entendent tous pour dire qu’un montant supérieur à 4 milliards de dollars mettrait en péril la Deutsche Bank.Les inquiétudes concernant la capacité de la banque allemande à payer une telle somme ont fait plonger son cours à son niveau historique le plus faible le mois dernier. Toutefois, cette chute a été interrompue par un rapport de l’AFP indiquant que l’Institution pourrait avoir négocié un meilleur arrangement avec le tribunal américain. Le cours de son action s’est un peu rétabli à la suite de cette nouvelle, mais il demeure inférieur de près de 50 % à celui qu’il avait atteint en janvier.

Les dirigeants sous le radar

La banque cherche quant à elle à savoir si elle peut récupérer une partie des dégâts qu’elle a subis sous la présidence de ses deux anciens CEOs, Anshu Jain et Josef Ackermann. En attendant, elle a gelé le paiement de millions de dollars de primes destinés à Jain et d’autres cadres supérieurs, a rapporté Bild.En effet, la Deutsche Bank a été pendant longtemps engagée en permanence dans toutes sortes de scandales mafieux : elle est partie prenante dans plus de 6.000 procès à travers le monde. La plupart portent sur des suspicions de fraude sur des taux d’intérêt ou la manipulation des taux de change.

Un stress-test récent de la BCE montre que la Deutsche Bank – comme ABN Amro et Société Générale – ont exactement 3 euros de capital pour 100 euros engagés. La plupart des experts préconisent un taux de 10 pour 100.

Le Qatar

Dans les coulisses, l’institution continue de chercher des capitaux. Selon Bloomberg, la famille royale du Qatar, qui détient déjà une participation de 10 % dans la banque, envisage de l’étendre à 25%.

La BCE

Pourtant, les analystes ne pensent pas que la banque pourrait rapidement faire faillite : il est presque impensable que la BCE laisse l’une des plus grandes banques du continent, qui plus est, une banque « systémique », tomber en banqueroute alors qu’elle a déjà investi plus de 1.000 milliards d’euros pour stimuler la reprise économique.


Logo Business AM

Business AM | Stocks