D’où viennent les cauchemars ?

[PICTURE|sitecpic|lowres]

Pour la plupart des gens, les cauchemars ne sont pas un problème majeur. Toutefois, 5% des adultes affirment avoir des cauchemars cliniques, fréquents et insupportables. 85% des adultes déclarent souffrir de cauchemars selon une fréquence normale, 8 à 29% des personnes disent en avoir au moins une fois par mois et 2 à 6%, une fois par semaine.

Selon les experts, tout, depuis le stress quotidien jusqu’aux traumatismes (les cauchemars sont fréquents dans les désordres post-traumatiques), en passant par le visionnage d’un bon vieux film d’horreur, peut déclencher l’apparition d’un cauchemar.

Les cauchemars, tout comme les rêves, ont lieu pendant la phase REM du sommeil (Rapid Eye Movement).Selon le nombre d’heures de sommeil d’une personne, cette dernière peut passer de 4 à 6 fois dans cette phase. Avec chaque cycle de sommeil, la phase REM s’allonge en durée. La plupart des cauchemars se produisent dans les derniers moments du sommeil.

En outre, si vous voulez éviter une nuit émaillée de cauchemars, vous devez vous demander si vous désirez vraiment avaler quelque chose avant d’aller vous coucher.

Selon le Cleveland Clinic’s Sleep Disorder Center, manger quelque chose juste avant d’aller dormir stimule le métabolisme et augmente la température du corps, ce qui engendre une plus grande activité du cerveau durant le sommeil paradoxal et donc des rêves. Des biochimistes de l’Université de Tasmanie en Australie ont réalisé l’étude suivante : ils ont ajouté de la moutarde et de la sauce Tabasco aux menus de six « sujets jeunes en bonne santé ». Le goût très épicé des condiments a élevé la température corporelle des participants durant le premier cycle de sommeil. Les chercheurs ont également noté une augmentation du temps total d’éveil et de la latence d’endormissement, c’est-à-dire le temps nécessaire pour passer de pleinement éveillé à endormi. Selon une étude publiée dans Journal of the Mind and Body, la consommation de crème glacée ou de bonbons avant le sommeil déclenchera aussi une hausse de l’activité du cerveau et des chances d’avoir un cauchemar.

La façon dont nous dormons joue également un rôle dans l’apparition de rêves et de cauchemars. En 2004, une étude a montré que les gens qui dorment sur le côté gauche ont sensiblement plus de cauchemars que les personnes dormant sur le côté droit. Enfin, selon le magazine Prévention, dormir sur le ventre, la position de sommeil la moins populaire, conduit à avoir des rêves chargés de plus d’émotion.

Plus
François Normand
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20