Comment font les grands bateaux en cas de tempête comme Sandy?

A l’approche d’un ouragan comme Sandy, qu’est ce qui est préférable pour les plus gros bateaux comme les porte-containers ? Rester à quai ou partir en mer ?

GCaptain du magazine Forbes s’est rendu au QG opérationnel de Maersk à Copenhague, dans une salle dignes de la NASA où des capitaines de navires, des météorologues et des cadres s’affairent autour des ordinateurs avec les dernières données météo et les données de position des navires de la compagnie pour tenter d’aider les capitaines des navires aux prises avec l’ouragan Sandy. Pour des navires de ce type, le second endroit où il ne faut pas se trouver dans cette situation, c’est le port, où ils se retrouvent drossés contre le quai. Mais le pire des endroits, c’est en mer, dans l’œil du cyclone, et il est donc parfois difficile de prendre la bonne décision. « L’association de mots « port » et « sûr » ne convient certainement pas dans le cas d’ouragans de la taille de Sandy », explique le capitaine John Konrad. « L’endroit le plus sûr pour un navire, c’est en mer, et le plus loin possible de la tempête ».

Les bateaux sont construits en acier trempé, mais ils peuvent subir des dégâts lorsqu’ils sont poussés par les vagues contre les piliers de béton des ports. En outre, les amarres peuvent se rompre, transformant le bateau en une machine à détruire hors de contrôle. Pour ces raisons, les garde-côte des Etats Unis ont fermé la plupart des ports situés sur le trajet prévisible de l’ouragan, et ils ont demandé à tous les bateaux de quitter les ports et de se diriger vers l’Est le plus vite possible.

Dans ces cas-là, les navires commerciaux, qui ne sont pas très rapides avec des vitesses de pointe ne dépassent pas 30 miles par heure (environ 56 km/heure), doivent essayer de traverser la zone d’activité prévisionnelle de l’ouragan avant son arrivée effective. Et la grande difficulté, c’est que les déplacements des ouragans sont difficilement prévisibles, et la plus petite déviation de la tempête peut suffire pour que les bateaux se retrouvent piégés dedans. « Même les plus gros bateaux, comme le porte-containers Emma Maersk de 170.974 tonnes de 400 mètres de long, peuvent couler s’ils sont battus par des vagues gigantesques pendant un certain temps. C’est pour cela que les compagnies maritimes gardent l’œil sur leurs navires et les trajets de toutes les tempêtes en formation », explique Konrad.

La vidéo suivante contient une interview (en anglais) de Steffen Conradsen, Head of Global Execution chez Maersk Line, la plus grande compagnie maritime du monde. 

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20