« C’est une guerre causée par les combustibles fossiles »

« La combustion de combustibles fossiles – pétrole, gaz et charbon – provoque un réchauffement de la planète et d’autres effets du changement climatique auxquels nous devons nous adapter. Et la Russie vend ces combustibles fossiles et utilise l’argent pour acheter des armes. C’est une guerre causée par les combustibles fossiles. Il est clair que nous ne pouvons pas continuer à vivre de cette façon, cela va détruire notre civilisation. » Ce sont les mots de Svitlana Krakovska, la principale spécialiste ukrainienne du climat.

Pourquoi est-ce important ?

Les combustibles fossiles ne sont peut-être pas la cause directe d'une guerre qui est clairement motivée par la volonté de Vladimir Poutine. Mais tant que notre économie dépend des combustibles fossiles, nous sommes à la merci de dictateurs du pétrole comme le maître du Kremlin.

Krakovska était réfugiée avec ses quatre enfants à Kiev lorsqu’elle a prononcé ces mots. Une roquette venait de frapper sa maison. Le monde a encore du mal à comprendre les motivations de Poutine, et les combustibles fossiles ne sont donc pas la cause directe de la guerre. Mais, à un niveau plus profond, Krakovska a raison, selon les experts qui ont étudié le lien entre les États possédants des combustibles fossiles et les agressions militaires : quelle que soit les motivations de Poutine, sa machine de guerre est alimentée par le pétrole et le gaz.

Poutine a utilisé l’argent du pétrole et du gaz pour éliminer toute opposition politique intérieure et constituer une armée et un trésor de guerre pour permettre ce genre d’aventures de politique étrangère. La Russie de Poutine entre donc dans une catégorie spécifique d’États, dont l’Irak de Saddam Hussein et la Libye de Mouammar Kadhafi.

Dans son livre Petro-Agression : When Oil Causes War, Jeff Colgan montre que les « pétro-États », c’est-à-dire les pays dont l’économie et le budget fédéral dépendent des exportations de pétrole et de gaz, sont environ 50 % plus exposés aux conflits que les autres.

L’industrie pétrolière et gazière représente jusqu’à un cinquième du produit intérieur brut de la Russie, ce qui est relativement peu. Le pétrole et le gaz représentent 60 % des exportations du pays et 30 % des recettes du budget fédéral, ce qui donne à M. Poutine une grande quantité d’argent dont il n’a pas à rendre compte aux citoyens contribuables. « La Russie est une station-service qui se fait passer pour un pays », a déclaré un jour le regretté sénateur américain John McCain.

Il n’est pas surprenant que la Russie, troisième contributeur historique mondial à la pollution par les gaz à effet de serre (derrière les États-Unis et la Chine), se soit opposée à une action mondiale contre le changement climatique.

Personne ne sait comment va évoluer l’instabilité de l’État pétrolier russe, mais elle aura des conséquences sur le changement climatique

Mais la violence de Poutine en Ukraine a sapé les fondements de son pétro-État. Les responsables de la politique énergétique de l’Union européenne ont annoncé la semaine dernière un plan en dix parties visant à mettre fin à la forte dépendance du continent à l’égard du gaz naturel russe et à accélérer la transition vers l’abandon des combustibles fossiles.

Bien que les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN aient soigneusement conçu leur première série de sanctions afin d’épargner le secteur pétrolier et gazier, le secteur privé renonce en masse à faire des affaires avec le régime de Poutine. Les grandes compagnies pétrolières BP, Shell et ExxonMobil se sont retirées de leurs activités en Russie et les négociants en matières premières ont cessé d’acheter du pétrole russe. Les économistes estiment que Poutine peut encore vendre du pétrole en Asie, mais à des prix fortement réduits.

Personne ne sait comment l’instabilité du pétro-État russe va évoluer, mais elle aura certainement un impact sur le changement climatique. Les producteurs américains de pétrole et de gaz ont saisi l’occasion de développer leurs infrastructures d’exportation, sous prétexte d’investir dans la sécurité énergétique. S’ils parviennent à faire passer ces projets qui se chiffrent en milliards de dollars, ils émettront encore du carbone pour les années à venir. Dans le même temps, les écologistes y voient une occasion de rallier le soutien en faveur d’un redoublement des efforts en matière d’énergie propre.

Le lien entre les invasions et les prix élevés du pétrole

Le pétrole et son prix ont été l’une des constantes de l’histoire des agressions étrangères de la Russie au cours des dernières décennies. L’invasion soviétique de l’Afghanistan a eu lieu en 1979, une année où les prix du pétrole sont montés en flèche en raison d’un conflit qui est devenu la guerre Iran-Irak. En 2008, peu après que les prix mondiaux du pétrole ont atteint leur plus haut niveau, la Russie de Poutine a envahi la Géorgie, laissant présager son attaque contre l’Ukraine, dans le but de reprendre le contrôle d’un ancien État soviétique. En 2014, la Russie a annexé la Crimée à un moment où les prix du pétrole étaient volatils mais élevés en raison de la reprise après la récession mondiale.

Quelques semaines avant l’invasion de l’Ukraine par Poutine le 20 février, le ministère russe des finances a annoncé la manne fiscale qu’il avait reçue en 2021 en raison de la hausse inattendue des prix du pétrole et du gaz. Les recettes pétrolières et gazières du gouvernement russe ont dépassé de plus de 51 % les estimations initiales. En octobre, alors que l’Europe se débattait avec les prix élevés du gaz naturel, en partie causés par un ralentissement de l’approvisionnement russe, la Russie engrangeait près de 500 millions de dollars par jour de revenus provenant des combustibles fossiles.
Les prix du pétrole dans les pays pétroliers influencent clairement les calculs risque/rendement. Si le cours devait s’effondrer, il serait très difficile pour Poutine de mener à bien ce qu’il fait, car il serait confronté à plusieurs crises sur le front intérieur. D’un autre côté, si le trésor central est vide – et que Poutine sait qu’une invasion fera grimper les prix encore plus haut – cela pourrait l’inciter à une sorte d’exubérance irrationnelle temporaire.

Les recherches montrent d’ailleurs que tous les pétro-États ne sont pas des États agressifs, mais qu’ils le deviennent lorsque le secteur des combustibles fossiles est concentré entre les mains d’un seul dirigeant.

« Ce qui est en jeu, c’est à la fois la nécessité d’accélérer la lutte contre le changement climatique et la sécurité et l’indépendance énergétique du continent européen »

À court terme, le plan de l’UE prévoit de ne pas prolonger les contrats de gaz naturel qui expirent avec la Russie dans les prochains mois. Tous les pays de l’UE augmenteraient leurs importations de gaz naturel en provenance d’autres pays et reconstitueraient leurs réserves stratégiques de gaz naturel pour l’hiver prochain. Mais à plus long terme, les dirigeants de l’UE ont annoncé une série de mesures proposées pour accélérer le développement des énergies propres. Accélération de l’octroi de permis pour les projets éoliens et solaires, réexamen des décisions d’abandon progressif de l’énergie nucléaire, doublement du taux de conversion des chaudières au gaz naturel en pompes à chaleur électriques dans les bâtiments – autant de stratégies destinées à réduire durablement la demande européenne de gaz naturel.

« Plus que jamais, il est essentiel de mettre fin à notre dépendance à l’égard des combustibles fossiles russes et des combustibles fossiles en général », a déclaré Barbara Pompili, ministre française de la Transition écologique, qui a contribué à l’élaboration de la proposition. « Ce qui est en jeu, c’est à la fois la nécessité d’accélérer notre lutte contre le changement climatique et la sécurité et l’indépendance énergétiques du continent européen. »

Mais aux États-Unis, une grande partie de la pression politique visant à écarter Poutine des marchés de l’énergie s’accompagne d’appels à faciliter la tâche des producteurs américains pour qu’ils récupèrent des clients russes, notamment le lucratif marché européen. Le fracturation hydraulique a permis aux États-Unis de dépasser la Russie en tant que premier producteur mondial de gaz naturel.

Green Biden ? Les États-Unis pompent plus de pétrole aujourd’hui que sous Trump

Démontrant de manière éclatante à quel point les combustibles fossiles restent ancrés dans le processus décisionnel, l’administration Biden a maladroitement tenté de vanter ses efforts pour faire face à la crise climatique, tout en se vantant que les États-Unis pompent désormais plus de pétrole que sous Donald Trump, pour montrer que Biden est conscient des craintes du public concernant la hausse des prix de l’essence.

L’invasion de l’Ukraine a également conduit l’industrie pétrolière et gazière américaine et ses alliés au Congrès à assouplir les réglementations pour permettre davantage de forages nationaux. Même Elon Musk, fondateur de la société de véhicules électriques Telsa, a déclaré que « nous devons augmenter la production de pétrole et de gaz immédiatement. Les temps extraordinaires appellent des mesures extraordinaires. »

« La soi-disant solution de l’industrie des combustibles fossiles à cette crise n’est rien d’autre qu’une recette pour permettre aux fascistes des combustibles fossiles comme Vladimir Poutine de faire leurs affaires pour les années à venir », a déclaré Jamal Raad, directeur exécutif d’Evergreen Action. Tant que notre économie sera dépendante des combustibles fossiles, nous serons à la merci des pétro-dictateurs qui exercent leur influence sur les prix mondiaux de l’énergie comme d’une arme.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20