Certains perfectionnistes ont un côté obscur

Une nouvelle recherche a étudié la manière dont les divers types de perfectionnistes diffèrent dans leur comportement social ainsi que dans l’humour qu’ils emploient lors de ces relations, rapporte Traci Pedersen sur Psych Central  

Les résultats ont montré que les perfectionnistes dits « orientés vers les autres » (ceux dont les attentes relatives aux autres sont élevées, contrairement à celles qui les concernent) ont un pan de leur personnalité assez sombre, démontrant des traits qui tendent vers le narcissisme et même la psychopathie.

Le perfectionnisme est un trait de personnalité caractérisé par l’application de normes très élevées et souvent trop critiques à l’égard de soi ou des autres. Selon la psychologie, il existe trois types de perfectionnisme, comportant chacun divers types de comportements, d’attitudes et de motivations : le perfectionnisme « orienté vers soi-même », le perfectionnisme « socialement prescrit » et le perfectionnisme « orienté vers les autres ».  

Le perfectionniste « orienté vers soi-même » a des normes personnelles extrêmement élevées qui tendent à la perfection. Il attend de lui-même qu’il ne commette aucune erreur. Le perfectionniste « socialement prescrit » s’efforce d’atteindre la perfection car il pense qu’être parfait est important aux yeux des autres. Le perfectionniste « orienté vers les autres » jugent les autres. Non seulement il s’attend à ce qu’ils soient parfaits mais il est également très critique envers ceux qui ne parviennent pas à répondre à ses attentes.

L’étude présete a montré que les perfectionnistes « orientés vers les autres » ont tendance à avoir des traits de narcissisme, de machiavélisme et de psychopathie. Ces perfectionnistes éprouvent des problèmes avec l’intimité, avec l’éducation et avec leur développement social. Ils ont tendance à être antisociaux, narcissiques et à avoir un sens de l’humour agressif. Ils se soucient en outre fort peu des normes sociales et ne rentrent pas facilement au sein entourage social ample.

Pour ce travail, le professeur Joachim Stoeber de l’Université de Kent au Royaume-Uni a comparé les traits de perfectionnistes « orientés vers les autres » et ceux de perfectionnistes qui placent la barre très haut en ce qui concerne leur personne.

Stoeber a étudié 229 étudiants universitaires et a trouvé que les perfectionnistes « orientés vers eux-mêmes » sont les seuls des trois types de perfectionnisme à avoir un comportement pro-social. Même s’ils se concentrent sur eux-mêmes, ils démontrent de l’intérêt pour les autres, se soucient des normes sociales et des attentes d’autrui. Par ailleurs, ils ont un humour affiliatif qui améliore les relations et ils évitent les blagues agressives.  

Les perfectionnistes « socialement prescrits » font des blagues qui tournent à l’autodérision, ont une faible estime d’eux-mêmes et se sentent souvent inférieurs. Ils peuvent être antisociaux, impassibles et ils ne réagissent pas bien à la rétroaction positive.

Les perfectionnistes « orientés vers les autres », ont, quant à eux, un sens de l’humour souvent pratiqué au détriment des autres. Ils sont caractérisés par de nombreux traits qui témoignent d’un mépris des attentes d’autrui et des normes sociales. Ils font preuve de supériorité et ne rentrent pas facilement dans un cercle social large, ce qui fait d’eux des êtres très antisociaux.

« Le perfectionnisme « orienté vers les autres » est une forme obscure de perfectionnisme positivement associée à des traits de personnalité narcissiques, antisociaux et insensibles », conclut Stoeber.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20