La CE et les frais d’itinérance : Pourquoi appelez-vous si souvent de l’étranger ?

La Commission européenne vient de décider d’éliminer les frais d’itinérance au sein de l’UE. Contrairement à ce que prévoyait une proposition antérieure, il n’y aura aucune restriction quant au nombre de jours de “roaming” (itinérance) gratuit, mais les opérateurs de télécommunications pourront agir pour prévenir les abus. En effet, les Européens qui auront une consommation nationale plus faible que leur consommation en roaming (parce qu’ils exploitent un réseau étranger meilleur marché que leur réseau national, par exemple) devront s’attendre à une facturation supplémentaire de la part de leur opérateur.Si cette nouvelle proposition est approuvée, les citoyens européens ne se verront plus facturer de frais d’itinérance à partir de 2017.

Les “bons” et les “mauvais” itinérants”

Le journal allemand Tagesshau s’inquiète d’un possible travers induit par cette nouvelle proposition :“Les frais d’itinérance ne s’appliqueront plus si l’utilisateur ne fait pas un usage excessif de cette nouvelle liberté. Il appartiendra alors aux opérateurs de télécommunications de décider si c’est le cas, ou non. (…) Plutôt que d’envoyer une facture de téléphone, à l’avenir Telekom et les autres opérateurs mettront au point un profil client qui discriminera les “bons itinérants” des “mauvais” – avec la bénédiction de l’Union Européenne.En cas de doute, ce sera à nous, les clients, de nous justifier, et d’expliquer pourquoi nous avons voyagé au sein de l’UE plus que la normale. La Commission Européenne a tenu sa promesse d’abolir les frais d’itinérance avec cette proposition. Mais ce faisant, elle viole le principe d’une Europe sans frontières, dans laquelle nous ne sommes pas liés à un seul endroit – et certainement pas par quelque chose d’aussi anodin que les frais de téléphone et les marges bénéficiaires des entreprises de télécommunications”.

Un concept du passé

Pour le journal autrichien Der Standard, cette proposition est désormais obsolète, parce que les frais d’itinérance sont issus d’un passé révolu :“Aujourd’hui, les jeunes peuvent être perplexes à la pensée que pour la génération précédente, les appels passés vers d’autres pays de l’UE sur des téléphones fixes pouvaient coûter jusque à un euro la minute (et beaucoup plus cher pour les appels effectués à partir d’un téléphone mobile). Sans parler du fait que de nos jours, ils préfèrent utiliser WhatsApp, plutôt que leur téléphone. Le marché et la concurrence entre les différents fournisseurs ont désormais mis fin à de telles arnaques.La controverse sur l’abolition totale des frais d’itinérance doit donc être envisagée dans ce contexte. Les politiciens ont promis à maintes reprises que cela serait fait pour 2017. Mais maintenant, il s’avère qu’il reste une note de bas de page malheureusement trop souvent oubliée. Elle se nomme “Utilisation raisonnable”.Jusqu’à récemment, les opérateurs de télécommunications nationaux gagnaient d’énormes sommes d’argent  grâce à ces frais d’itinérance douloureusement élevés, et ils sont réticents à les abandonner. La Commission est de leur côté, mais en vain : les frais d’itinérance sont anachroniques”.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20