Ce n’est pas un hasard si de plus en plus de gagnants de marathon portent des chaussures noires

ISOPIX

Chaque victoire dans une course de haut niveau ou chaque nouveau record établi depuis 2016 a la même caractéristique: la Vaporfly. C’est la chaussure de running high-tech du fabricant américain Nike.

Le premier athlète à courir un marathon en moins moins de deux heures a été Eliud Kipchoge. Une performance réalisée en octobre de l’année dernière. Le même mois, Brigid Kosgei a battu le record du marathon féminin. En novembre, Geoffrey Kamworor a remporté le marathon de New York pour la deuxième fois en trois ans. Tous ces athlètes partageaient la même caractéristique: ils courraient avec les chaussures Nike Vaporfly.

Nike Vaporfly: 4% d’efficacité énergétique en plus

Une étude a montré que la Vaporfly améliore l’efficacité énergétique des coureurs. La semelle de la chaussure – composée de mousse et de carbone – garantit une perte d’énergie moins que d’autres chaussures à chaque pas. La Vaporly améliorerait l’efficacité énergétique d’au moins 4 pour cent.

Selon le kinésiologue Geoff Burns, l’athlète qui court en Vaporfly battra son concurrent avec des chaussures différentes – même s’il est exactement dans la même forme ce jour-là.

Ce n ‘est plus un hasard si de plus en plus d’athlètes portent des chaussures noires. S’ils sont sous contrat avec d’autres marques, ils auront un désavantage. ‘Ceux qui n’utilisent pas cette nouvelle technologie seront laissés pour compte’, a déclaré le coureur de fond Tommy Rivers Puzey Business Insider. ‘Quiconque marche avec Nike conduit une voiture, le reste un camion.’

L’Argentin Joaquin Arbe a été le premier sud-américain à atteindre l’arrivée du semi-marathon de Buenos Aires en août dernier. Il était sous contrat avec New Balance, mais des photos le montrent en train d’atteindre la ligne d’arrivée avec des chaussures entièrement noires. Il annulera plus tard son contrat avec New Balance.

Il n’y aura pas d’interdiction

L’année dernière, une affaire a été déposée auprès de World Athletics, l’organisation qui réglemente les sports de course, pour interdire le Vaporfly. Certains coureurs et fabricants de chaussures ont donc fait état d’avantages injustes et d’un dopage technologique. Selon eux, la chaussure devrait donc être interdite. En fin de compte, cela ne s’est pas produit. C’était une bonne nouvelle pour Nike, mais un revers pour tous ses concurrents.