Brantano: faute de mesures de sécurité, certains magasins en Flandre sont restés fermés

Brantano

Plusieurs magasins Brantano, en liquidation, ont gardé portes closes mercredi en Flandre à la suite de décisions des autorités locales qui estimaient que les mesures de sécurité étaient insuffisantes.

FNG, la maison mère de Brantano, a été déclarée en faillite début du mois d’août. Des ventes en liquidation sont organisées ces derniers jours dans les enseignes Brantano de Belgique, engendrant un afflux important de clients. Une nouvelle vente a démarré mercredi à 11h00. En Wallonie, aucun problème majeur n’était constaté, selon la CNE, mais en Flandre, plusieurs magasins n’ont pas ouvert, sur ordre des autorités locales.

Deux magasins à Malines sont ainsi restés fermés tout comme celui de Hal. Les bourgmestres de ces entités ont indiqué ne pas avoir reçu de plan détaillé de la part du curateur ou de la maison de vente aux enchères et ont donc interdit toute ouverture.

‘Le magasin pourra ouvrir une fois que ces conditions seront appliquées’

La sécurité du personnel et des clients ne pouvait être suffisamment garantie, ont estimé les autorités communales. A Ternat, c’est le personnel lui-même qui avait décidé de ne pas prendre le travail lundi. Le magasin était encore fermé mercredi, a constaté le bourgmestre Michel Vanderhasselt, qui s’est rendu sur place afin de voir si les mesures qu’il avait imposées étaient respectées.

‘Le magasin pourra ouvrir une fois que ces conditions seront appliquées’, a-t-il fait savoir. Le personnel qui travaille lors de cette vente en liquidation pourra prétendre, à partir de mercredi, à une hausse de 5% de son salaire brut, a fait savoir l’organisateur, la maison d’enchères Moyersoen.

Les travailleurs bénéficieront de cette prime tant que la vente en liquidation se poursuit, probablement tout au long du mois de septembre, selon Moyersoen. Cette vente a démarré samedi et a attiré la grande foule. Mercredi, les files étaient déjà moins longues que les jours précédents. Des mesures de sécurité supplémentaires ont été prises et plus de caisses avec des terminaux de paiements électroniques ont été ouvertes, selon l’organisateur.

Les repreneurs ‘à peine au courant’ des conditions de travail

De son côté, le Setca a indiqué vouloir maintenir une attitude constructive avec le candidat repreneur, le groupe vanHaren. Mais de nombreuses inconnues demeurent, à commencer par la localisation des 43 magasins qui seront repris.

Au cours d’une première réunion de concertation mardi avec le groupe vanHaren, « les repreneurs se sont avérés à peine au courant des conditions de travail et de rémunération du groupe Brantano. Cela pose question sur la manière dont se sont déroulées les négociations concernant la reprise. Dans quelle mesure vanHaren s’est-il lancé à l’aveuglette?’, commente le syndicat socialiste.