Boris Johnson sur un siège éjectable? Le Premier ministre britannique perd le soutien de son propre parti

Une image frappante au Parlement britannique mardi : lors d’un vote sur les nouvelles mesures corona dans le pays, la proposition a été approuvée par 369 voix contre 126. En soi, rien de spécial, si ce n’est que le Premier ministre Boris Johnson avait besoin du soutien des partis d’opposition : 99 députés de son propre parti conservateur ont voté contre la proposition.

C’est la plus grande rébellion parlementaire que Johnson ait connue jusqu’à présent, et elle semble être un signe avant-coureur des choses à venir. Seule Theresa May a reçu un coup de fouet encore plus important de la part de ses propres collègues de parti lors du vote sur sa première proposition de Brexit : pas moins de 118 conservateurs avaient alors voté contre.

Scandales

La mesure finalement votée est l’introduction d’un passeport Covid pour les événements et les boîtes de nuit, selon le principe 2G. Cela signifie que seules les personnes vaccinées ou celles dont le test est négatif sont autorisées à y accéder.

Le fait que la règle ne soit pas soutenue par ses propres partisans peut surprendre. Néanmoins, il ne faut pas oublier la récente vague de scandales autour du parti conservateur et la figure de Boris Johnson. La semaine dernière, par exemple, on a appris que Johnson avait organisé une fête de Noël pour le personnel du gouvernement l’année dernière, en pleine période de confinement, alors que les fêtes étaient interdites.

Trop faible

Le chef de l’opposition Keir Starmer (Labour) a résumé le vote d’hier avec ses propres mots : « Boris Johnson est trop faible pour diriger ce pays. Il est si faible que sans notre aide (travailliste), il n’aurait pas pu faire passer certaines des mesures cruciales en matière de santé. »

« Nous ne pouvons pas continuer avec un Premier ministre qui est trop faible pour diriger le pays », a-t-il poursuivi. « Le Premier ministre prend-il le temps, en cette période de Noël, de se regarder dans le miroir, et de se demander s’il a la confiance et l’autorité nécessaires pour diriger ce pays ? ».

Au sujet de la fête de Noël organisée à la résidence officielle du Premier ministre au 10 Downing Street, M. Starmer a également poursuivi : « Pendant des semaines, il a prétendu ne rien savoir de ce qui s’est passé dans sa propre maison à Noël. Je n’y crois pas. Ses propres députés ne le croient pas, et le peuple britannique ne le croit pas. Il traite les gens comme des idiots et ça devient dangereux. »

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20